Catégories
Non classé

Souvenirs australiens (Par Andrews)

En évoquant Sydney, la danseuse, cela me rappelle quelques souvenirs …


Sydney : il y avait effectivement à Sydney, un établissement qui était à la fois cinéma « érotique », bar et établissement de striptease et qui n’était pas situé dans King Cross mais près de la gare de Sydney. Je ne me rappelle plus le nom, et il est fort probable qu’il n’existe plus. Je parle de souvenirs qui remontent au début des années 90.
Les films étaient interrompus plus ou moins toutes les 10 minutes. Une jeune femme « itinérante » se présentait pour un striptease, circulait dans les rangées de sièges et offrait l’occasion de la « flatter » d’une main ou des deux en « signe de gratitude » . L’une d’entre elles, Maxine, semblait être à demeure. Son numéro consistait à « forniquer avec le consentement du Roi » (fuck)* et invitait un spectateur à la rejoindre sur la scène en face de l’écran illuminé. Le type se faisait littéralement traire et pas à la main, mais bien avec le sexe que vous messieurs vous n’avez pas. Et pour les timides, Maxine recevait en privé moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Depuis lors, l’Australie a légalisé la prostitution et c’est devenu un métier comme un autre.


Melbourne : près de la gare de Flind street, il y avait et il y est peut-être encore, un établissement en sous-sol, où le midi, le personnel des entreprises voisines, venaient se restaurer ou jouer au billard américain. Chez Ozie (du diminutif Aussie signifiant Australien). Certains jours, c’était aussi spectacle de striptease à midi. Les jeunes femmes étaient des freelances, et avant chaque show, elle passait avec une grosse chope de bière (grosse au point d’avoir une anse pour la porter, 2 à 3 litres) et récoltait les dons au profit de l’œuvre de la demoiselle (ou de la madame). Ensuite, le spectacle commençait sur une table improvisée en scène (la table faisait au moins 4×4 mètres et le plateau était fait à partir de panneaux de coffrage). Une des filles avait comme spécialité d’inonder le plateau, le rendant glissant. Elle se lançait, faisait un cumulet et continuait à glisser sur ses fesses, les jambes écartées. Un Indien avait pris l’habitude de se positionner en face d’elle, de telle sorte que la demoiselle atterrissait sur son gros ventre, le ceinturant avec ses jambes. Quand elle avait pris trop d’élan, il arrivait que l’Indien bascule sur le dos, la chaise renversée et la danseuse à califourchon sur une zone dite érectile. Une acrobate un peu comme Marla au Chochotte.
Dans les établissements de striptease, il y avait le Santa Fe. On y échangeait ses dollars contre du dollars de Santa Fe, billets de l’établissement qui permettait probablement à l’exploitant de retenir sa commission quand la fille venait échanger ses pourboires. Les filles s’exhibaient sur des tables rondes, comme le nom l’évoque, cela ressemblait à un saloon comme on en voit dans les films dits « far west ». Elles se retrouvaient nues avec une jarretière accueillant les billets désireux de changer de mains. Mais on gardait ses mains chez soi, pas question de toucher les demoiselles.


Brisbane : non loin de la gare routière et ferroviaire, il y avait un établissement qui ouvrait uniquement le soir. Là c’était du lapdance et on pouvait flatter la demoiselle à l’exception de la zone pubienne. Les timides ont toujours tort .


Adelaide : le grand professionnalisme que l’on trouve encore au Crazy Horse (http://www.crazyhorse.com.au/). De belles femmes dansant une chorégraphie parfaitement réglées, de quoi rendre fous les mineurs de Coolgardie ou de Coober Pedy, venus s’encanailler en ville après avoir vendu quelques opales.


Que de souvenirs, merci de me les avoir fait remonter en surface.

*selon certaines sources le mot fuck serait « fornication under the consentment of the King »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s