Catégories
Doctissimo Témoignages Remarquables

Mes débuts parisiens, puis aux SG et CH par Homme du Picardie

Pour ma part, provincial que je suis, j’ai du faire une stage de plusieurs jours à Paris, puis des passages un peu plus réguliers, mensuels dans la capitale.. Pour occuper les soirées, je cherchai et je suis tombé sur Pariscope, petit bouquin hebdomadaire qui tenait dans la poche. Je ne sais s’il existe encore. On y trouvait une rubrique où étaient classés les « théâtres érotiques » (style Chochotte et SG) de l’époque. Ils étaient plus nombreux qu’aujourd’hui.
– le Théatre Saint-Denis donc, où il y avait des salons.
– le Show Girls ciné porno qui venait tout juste d’être transformé,
– le Chochotte, ancien magasin de chaussures et parapluies, dont l’enseigne étaient encore accrochée en façade,
– le French Lover et le Love in Paris, deux établissements « concomitants » appartenant au même couple (Isabelle et Peter) et qui avait toujours le même programme, situés rue Fontaine. Les patrons faisaient un numéro en couple, puis la patronne et une autre danseuse faisaient un numéro en solo. Dommage peu de renouvellement dans « le personnel ».
– le Lolita même rue presque en face des précédents. Il avait la particularité de posséder sur scène une cabine de douche que ces demoiselles utilisaient parfois, voire y poussaient des spectateurs,
– le Théâtre des deux Obus, plus bas dans la même rue, mais qui ne fonctionna que peu de temps.
– le Théâtre du Coeur Joyeux (si je me souviens bien du nom) près de la rue du même nom, sur la place des Innocents. Il ne fonctionna pas très longtemps lui non plus.
– le Théatre des Deux Boules, rue des Ecoles, tout près de la Sorbonne. La spécialité de l’établissement était un filet tendu au dessus des spectateurs. Certaines danseuses, mais surtout les couples s’y produisaient, parfois il fallait faire attention aux « éclaboussures ». Il y avait des salons.

Il en existait d’autres, mais je n’ai pas eu l’occasion de tous les tester, sans parler bien sûr des peep shows, qui au départ n’étaient pas tous à pièces ou à carte. On pouvait demander une fille pour un spectacle privé.

Voilà voilà, peut être que mon post va rappeler des souvenirs aux plus anciens d’entre nous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s