Catégories
Doctissimo Témoignages Remarquables

Mes débuts parisiens, puis aux SG et CH par Andrews

Comme beaucoup de mes compatriotes, j’ai découvert Paris tout jeune homme. On ne parlait pas du Thalys et le tunnel sous la Manche était encore l’objet d’une pure fiction digne de Jules Verne. C’est dire si le trajet était long de la capitale belge à la capitale française.
La censure était importante en Belgique. Pas de films dans des cinémas exposant les lèvres du bas de ces dames. Heureusement Canal+ nous a délivré. Les premiers peep shows sont apparus à Bruxelles début des années « nonante » (90), et les jeunes femmes étaient obligées de garder leurs culottes (ce fut le cas pendant à peu près 3 ou 4 ans). Il y avait bien des cinémas offrant un entracte avec striptease, avec plus ou moins de bonheur, des jeunes femmes très belles, puis une crise de plus et les salaires étant moins attractifs, ce sont d’autres femmes moins belles qui ont pris place, et la plupart des clients, blasés, sont venus plus rarement. Il n’existe plus de cinémas proposant des stripteases.
Vers la fin des années « nonante », ce sont quelques cafés qui proposaient des spectacles de striptease à l’heure de table ou en fin de journée pour ceux dont le train avait pris du « retard ». Les jeunes femmes passaient avec une chope et on leur glissait un billet de 100 francs belges (quelque 2,50 euros). Avec l’apparition de l’euro, la plupart des clients n’étaient pas prêts à payer le double (billet de 5 euros).
En ce qui concerne les spectacles parisiens, j’ai simplement consulté le Pariscope à la rubrique des spectacles « coquins ». Muni d’un plan de Paris, il n’y avait plus qu’à suivre la piste. Pigalle ne m’a jamais attiré. Tout de suite, j’ai senti l’arnaque à plein nez, et si j’ai mis les pieds dans un des établissements, c’est pour en sortir tout de suite.
Si j’ai bon souvenir, j’ai franchi pour la première fois avec le coeur battant fort, les portes du Chochotte. Les jeunes femmes que j’ai vu auraient pu être considérées comme très prudes par rapport aux spectacles d’aujourd’hui, mais c’était malgré tout un grand choc pour le petit « provincial ».
Début de ce siècle, j’ai du me rendre très souvent à Paris, et quand mes missions étaient terminées, pour tuer le temps avant de reprendre le train, j’ai fréquenté régulièrement le SG et le CH.
En l’espace de quelque cinq années, les spectacles ont évolué en faisant grimper le mercure dans le thermomètre. Le réchauffement n’est pas seulement climatique.
Je reste nostalgique des années 2010, 2011 et 2012, du Chochotte. Il y avait Stella, entretemps devenue ce fruit rouge au SG. Et Satie, Miel …
Mais bon, la vie continue …

ps : ah oui, j’ai mis les pieds dans un théâtre, je crois le théâtre Saint-Denis. J’étais seul dans cette salle, et un couple copulait sur scène (les « acteurs » ), puis le type, avec un ventre digne d’une « bonne fourchette » a enfilé un pantalon de training et est parti en lançant à sa partenaire: « je vais faire une course à la FNAC », on était dans la banalisation accomplie de ce qui venait de se produire quelques secondes avant.
ps2 : J’ai eu l’occasion d’assister à « Oh Calcutta », par une troupe partie « évangéliser » les niais que nous étions en ce temps-là.(aujourd’hui, si un acteur n’est pas « à poil » dans une pièce, cela fait l’objet de remarques étonnées).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s