Catégories
Danseuse Chochotte théâtre Chochotte

Ysé (Chochotte 2013-2015)

Je me suis assis, sur la banquette du fond de la salle, au côté gauche presque sous l’escalier, dans le coin. De là, je ne pouvais pas voir descendre les danseuses mais je pouvais observer les regards des autres clients s’éclairer lorsqu’ils les voyaient apparaître. Selon l’expression générale des visages, des sourires, je pouvais quasiment deviner de quelle danseuse il s’agissait. J’ai entendu les premières notes de musique, classique, donner le ton et la lumière claire s’est un peu adoucie. Je ne l’avais encore jamais vu danser sur ce morceau mais d’emblée j’ai su que c’était elle. Tous les visages étaient tournés vers l’escalier, dans une immobilité focale, une hyper vigilance qui rappelait celle d’animaux à l’affût. Enfin, je vis sa main blanche sur le bas de la rampe. Elle était totalement nue, ses cheveux blonds, longs, déliés. Son corps pale inspirait l’innocence et la nature. Un peu de verdure, juste un morceau de feuillage dans les cheveux pour unique parure. « En tenue d’Eve »… L’évidence était là dans sa grâce naturelle. Son corps puissant et généreux, son ventre un peu rond, suggéraient la plénitude. La danse était joyeuse, elle exprimait la découverte et l’émerveillement devant la Beauté de l’Eden. Un bonheur permanent, sans pesanteur, la légèreté des envols. Puis, se baissant, elle vit le serpent caché dans le recoin, le saisit sans méfiance et entama avec lui une danse d’abord complice, progressivement charnelle. Le serpent se promenait sur son corps innocent, parcourait sa chair blanche, glissait sur son ventre et le rosé de ses jeunes seins. Elle se découvrait sensible, et profitant de la montée du plaisir l’animal se glissa soudainement en elle. Une pomme rouge apparut dans sa main, brillante de saveur, écarlate, gorgée de vie. Le regard de l’Eve se promena sur les spectateurs assis dans la pénombre, eux-mêmes submergés de désir. Et puis soudainement elle se rua vers la place centrale, celle du Roi, où se tenait un quarantenaire hilare en costume beige, portant cravate bleue et lunettes dorées, arborant un bouc bien taillé. Une sorte de Directeur des Systèmes d’Information en goguette pensais-je. Elle était maintenant à califourchon sur lui et dans un même mouvement de coït effréné ils croquaient, avides, la pomme jusqu’au trognon. Le type, ravi, était visiblement de connivence, un tel accord n’aurait pu être possible sinon.
Puis, repue elle se dégagea de l’étreinte. La musique et la lumière changèrent, beaucoup plus sombres comme si les éclairs crépitaient et le tonnerre grondait. Elle était toujours nue mais le feuillage était maintenant sur son bas ventre le recouvrant comme un lierre grimpant qui aurait poussé de ses entrailles fécondes. Elle parcourait la salle et son visage reflétait la douleur et la perte de l’innocence, la découverte de l’irréversible et humaine condition. La nuit tomba d’un coup, et dans les ténèbres elle disparut.
Un tonnerre d’applaudissement retenti dans la salle, ponctué de « bravos ». Plus que sous le charme, j’étais sous le choc. Son talent était une surprise, un électrochoc plus stimulant encore que mes injections répétées de caféine. Plusieurs clients, dont celui qui avait été mis à contribution, se ruèrent à sa suite dans l’escalier, tentant probablement dans une cruelle course sélective, effrénée et inconsciente, à la dispersion de gamètes, d’arriver le premier « en salon ». Les autres en seraient quittes pour une réservation froide, ou plus piteusement se dirigeraient l’air de rien vers les toilettes pour soulager leur vessie. Peut-être vers la sortie pour reprendre pied. Mais quel pied !

Une réponse sur « Ysé (Chochotte 2013-2015) »

Commentaire de Zyrconium :
Parfaite description de cette bête de scène qu’était Ysée. Une énergie créatrice impressionnante et inégalée. Je me souviens aussi d’un numéro fascinant sur Présence Humaine, poèmes en musique de Houellebecq, d’une autre ou elle arrivait telle un spectre dégoulinant d’eau d’un orage, de sa capacité à bondir du muret entre les bancs directement vers la barre ou elle tournoyait.

J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s