Catégories
Fictions érotiques TL4.3

02-09-2048

Les numéros que nous concoctent nos Dance-Bots, avec la plus grande liberté, sont de savants remixages des années 2010 – 2020; celles inconscientes d’avant « L’Effondrement » – la sidération et la panique face à l’Etuve – précédant la constitution de nos Gated Communities techno-survivalistes. Excusivement masculines au sens naturel du terme.

Un grand nombre de clin d’yeux ont été introduits dans les numéros. Façon de rendre hommage aux anciennes danseuses faites de chair et de sang. A ce qu’elles furent et ce qu’elles plurent. Intertextualité au sens littéraire, ou mieux, communion charnelle avec nos souvenirs amoureux rejoués, sanctifiés par la représentation, les scènes comme des Cènes, les tabernacles de chair et de cyprine offerts, crucifiés au regard : « Ceci est mon Corps livré pour Vous ».

Jane-D en caissière de supermarché à l’ancienne avec rouge à lèvre, chignon et blouse rose. Un badge indique son prénom : Jane. Il y a quelque chose de provincial dans sa mise, son apprêt. C’est d’ailleurs en province qu’ont disparue les dernières caissières humaines, emportées par l’irrémédiable marée algorithmique. Elle s’ennuie, lit une revue de papier désuète : Closer. Survient alors Eve-D blonde pulpeuse, tailleur et décolleté avec des seins de ouf. Elle dépose son panier de marchandises sur la table. Jane comptabilise les articles un à un : une banane, une carotte, un poireau, une courgette, un épi de maïs, un concombre bien foncé avec ses picots caractéristiques : une variété Noa. Manifestement elle aime le bio !
Et puis mort de rire : Jane-D soupèse les légumes, les tient en main, compare les formes les tailles. Fascinée par le concombre Noa, sa texture granuleuse, elle le rapproche de son visage, le hume, se caresse… Eve amusée, le reprend, soulève sa jupe et montre à Jane comment accommoder les primeurs à sa sauce. Le visage empourpré, rictus de plaisir (quelle vicelarde celle là !) , elle force un peu le passage puis repasse à Jane le Noa. L’extrémité cucurbitacée est luisante… Ça promet ! Je passe la suite et les détails : il faut le voir pour le croire !!! Ces filles sont marrantes : plus encore que le plaisir sexuel c’est le jeu et la complicité qui prédomine : chacune essaye de faire perdre pied à l’autre… Prendre son pied à son corps défendant. Fallait voir Eve sur la fin, haletante à quatre pattes, les yeux écarquillés, surprise par son propre plaisir, convulsive. Les doigts agiles et fins de Jane s’activaient, se démenaient, fourraient jusqu’à ce qu’Eve, retombe d’un coup sur le ventre, comme une morte.
https://www.youtube.com/watch?​v=fMwSFOg7uRo

A propos de Jane-D, j’ai halluciné : W4.7 et The_V4.2 ont failli rejeter la version proposée lors des tests de conformité et de recette finale. Pour une histoire de grain de beauté placé au mauvais côté et de poids trop bas ! W4.7 a ajouté méprisant que ce qui faisait la différence entre la médiocrité – étymologiquement « être au milieu » – et l’excellence c’était le souci des détails. Putain j’y crois pas ! Ils ont exigé que je corrige l’erreur et rajoute trois kilos à notre droïde.

Excellent passage solo d’Eve-D sur le Thème de Neon Demon. En tout point fidèle à l’esthétique glacée de Nicolas Winding Refn. Eve-D demeure sublime jusque dans le morbide et la dépossession de soi. Les jeux de lumières et la sono étaient heureusement à la hauteur de l’exercice ! Bravo a Lolita-D qui a parfaitement géré, comme d’hab !
https://www.youtube.com/watch? […] mp;index=2

Nous avons eu la visite surprise d’une très belle spectatrice. Une vraie femme. Je veux dire une humaine réelle ! Je ne sais pas comment elle a fait pour pénétrer dans notre communauté au cénobitisme hyper contrôlé ! Les contacts entre hommes et femmes « naturels »étant formellement prohibés par notre Gouvernance éclairée depuis la constitution de l’Arche. Une mesure écologique qui permet de réduire le risque majeur que constitue toute naissance supplémentaire.

Cette jolie brune inconnue, aux cheveux longs, grands yeux bleus et sourire enchanteur s’était préparée pour la circonstance : petit haut en dentelles, talons hauts, jupe qui peinait à dissimuler un porte jarretelles et des bas fins. Lors d’un duo Alda-D et Mariko-D ont invité l’assistance à venir sur scène. Et quelle scène ! La belle inconnue, dénudée, a été mise à contribution et s’est révélée très participative… Les formes féminines se mélangeaient dans la rumeur érotique, les soupirs de plaisirs et les caresses… Puis l’inconnue chevauchait Mariko à cru. Cette dernière la saisissait par les hanches pour mieux faire se rejoindre leurs chairs, les frotter, échanger les mouillures intimes, agacer leurs clitos. Alda agenouillée, jambes toutes écartées, fouillée par la langue et le nez de Mariko faisait face à la belle inconnue, lui saisissait les seins, dévorait ses lèvres, massait de ses doigts la belle. Un triangle équilatéral de plaisir, absolument parfait se dessinait sous nos yeux, figure que n’auraient certainement pas reniée nos vénérés Maîtres philosophes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s