Catégories
Danseuse Chochotte théâtre Chochotte

Jane (Chochotte 2014-2019), par Maître Yoda

Je suis ravi que Maitre_Yoda ait composé le texte ci-joint pour la jolie Jane. Il rejoint les portraits et messages qui avaient été écrits il y a quelques mois déjà, et mon intuition me dit qu’il n’est pas le dernier tant la belle et sympathique Jane suscite messages amoureux ou amicaux.

Et, place au texte de Maitre_Yoda :
*****
« L’histoire vraie d’une très belle rencontre.

Je découvre le théâtre Chochotte il y a un peu moins de deux ans, vers mai/juin 2017. J’y vais généralement en début d’après-midi pour en repartir après avoir assisté au premier passage des danseuses de l’équipe du soir.

Un soir de novembre 2017, à l’occasion de ma cinquième ou sixième visite, tandis que je suis bientôt sur le point de partir, je vois descendre une artiste que je n’ai encore jamais vue auparavant et dont je ne connais même pas le nom.
D’emblée, je suis littéralement subjugué, fasciné à la fois par son élégance, sa grâce, sa présence et sa grande beauté.
A la fin de son show, elle révèle son nom : elle s’appelle Jane.

La première pensée qui me traverse l’esprit est de revenir la voir très vite pour assister à l’intégralité de son spectacle.
Ce que je fais à deux reprises dès le mois suivant.
La première fois, elle vient s’asseoir à côté de moi, me demande mon prénom, puis une fois son numéro terminé remonte l’escalier en me soufflant un bisou.
Lors de ma seconde visite, elle s’approche de moi et me salue en prononçant mon prénom, deux fois, M…M… avec ce petit rire un peu moqueur mais tellement craquant qui lui sied si bien.

Puis arrivent les fêtes de fin d’année 2017 qui m’éloignent en province.
Lorsque je reviens au Chochotte vers mi-janvier 2018, Jane a disparu.
On m’indique qu’elle est partie faire un voyage à l’étranger et qu’elle sera absente au moins pendant deux mois.
Très triste, je regrette rétrospectivement de ne pas l’avoir invitée en salon.

Début mars 2018, le théâtre a la bonne idée de publier quotidiennement le planning des danseuses sur sa page Facebook.
Et une semaine plus, tard, le prénom tant attendu apparaît sur cette page… Jane !
Hélas, je suis retenu en province et il va me falloir patienter encore un peu.

Enfin, le premier samedi d’avril 2018, je suis à Paris, je suis au Chochotte.
Jane est revenue, elle est bien là. Elle descend lentement l’escalier, toujours aussi majestueuse et encore plus belle et plus séduisante que jamais. J’ai le cœur qui bat très fort. Elle me reconnait, me sourit et démarre son premier show, sur sa chanson emblématique du moment, ‘My chérie Jane’, ce qu’elle devient pour moi dès cet instant.

J’admire sa beauté, son corps subtilement parfumé, ses belles jambes à la fois fuselées et musclées, ses mains graciles aux longs doigts finement ciselés, ses longs cheveux noirs cascadant sur un cou altier, son adorable petit nez délicatement sculpté, son regard de biche pouvant devenir de braise, son éclatant et sublime sourire entouré par de fines et sensuelles lèvres toutes de rouge habillées.

Je décide alors de la retrouver en salon. Mon tout premier salon. Avec Jane. Je désire converser avec elle, pour mieux la connaître. Et je ressors de ce salon comme frappé par je ne sais quelle grâce divine.

A partir de ce jour, je prends la résolution de venir au Chochotte uniquement lorsque Jane est à l’affiche.
Je regarde quelques-uns de ses numéros puis, invariablement, je la rejoins en salon, privilégiant le moment où les trois autres danseuses passent après son show, de manière à pouvoir rester le plus longtemps possible avec elle sans pour autant perturber l’ordre de passage, et tout en lui laissant le temps de se préparer pour son prochain numéro.

Bien vite, une réelle complicité s’établit. En salle tout d’abord, à l’occasion de ses shows auxquels elle me fait souvent participer, puis en salon, ou cette complicité se transforme rapidement en une véritable amitié.
Nous parlons, de la pluie et du beau temps, de tout et de rien, des choses de la vie, en toute simplicité.
Elle rit, elle se confie, elle apaise, elle réconforte ; quelle générosité, quelle gentillesse. Comme l’on se sent bien en sa compagnie et quel bonheur de pouvoir partager avec elle ces délicieux moments de tendresse.

Mais qui est donc la belle Jane ?
Elle est avant tout une danseuse de formation et sur scène, cela se ressent bien.
Comment ne pas être émerveillé par ses fabuleuses chorégraphies qu’elle réalise avec une gestuelle des bras et des mains digne d’une danseuse balinaise, avec un port de tête de danseuse d’opéra.

C’est aussi une authentique comédienne.
Elle joue ses shows avec un naturel auquel elle peut mêler, selon le scénario, humour, romantisme, espièglerie, érotisme.
Elle sait utiliser à merveille son immense pouvoir de séduction et peut envoûter, hypnotiser, ensorceler rien que par ses regards et ses sourires. Elle est l’incarnation d’Aphrodite, déesse grecque de l’amour et de la sexualité.

Elle est éclectique dans ses choix musicaux mais privilégie la musique française.
Les chansons d’Adrienne Pauly (‘J’veux un mec’, ‘Dans mes bras’, ‘La fille au Prisunic’) lui collent à la peau d’autant plus qu’elle les interprète en playback irréprochable.
De la chanson française réaliste (Juliette Gréco), sensuelle (Zaza Fournier), coquine (Colette Renard), naïve (Alizée) aux groupes ‘Noblesse oblige’, ‘Air’, ‘Mansfield.TYA’, ‘Padam’ sur lesquels elle adapte plutôt ses danses, elle fait preuve d’une culture musicale très diversifiée.

C’est une artiste complète, très professionnelle et perfectionniste, capable d’étonnantes improvisations lors de ses passages en solo. Concernant les numéros en duo, elle s’applique à toujours mettre en valeur sa partenaire.

Mais au-delà des paillettes, des artifices de la scène, Jane est surtout une très belle personne, une jeune femme à la fois adorable, attachante, sensible, sincère, et c’est pour toutes ces raisons qu’elle mérite d’être choyée, dorlotée, câlinée, chouchoutée et bien plus encore !

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que j’ai l’immense bonheur de pouvoir venir souvent l’admirer et je ressens à chacune de mes visites, toujours ce même coup de cœur comme au premier jour.
En ce mois de mai 2019, nous allons célébrer le cinquième anniversaire des débuts de Jane au théâtre Chochotte.


En attendant avec impatience ce jour de fête, je t’envoie des myriades de baisers, à toi ma chérie Jane, ma chouchoute du Chochotte, mon amie pour la vie ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s