Catégories
Danseuse Show Girl Théâtre Show Girl

Blanche (Show Girl 2019-2020)

Ado je passais beaucoup de temps chez mes grands-parents dans un petit village de l’Est de la France. J’y dévorais tous les matins les nouvelles du journal l’Est Républicain : annonces de défilé de majorettes, fêtes de villages, comédie humaine et petites tragédies boueuses nourrissaient mon quotidien et ma curiosité. Ce que j’aimais le plus dans l’Est Républicain c’était la bande dessinée « Blanche Epiphanie » de Georges Pichard.

Blanche Epiphanie

C’était étonnant que l’Est Républicain ait permis cette publication érotique sur sa dernière page, pour un lectorat plutôt catholique et conservateur; certes essentiellement masculin. Le monde de Pichard était composé de jeunes femmes bien charpentées, des forces de la nature, aux attributs plus que généreux. Gravitaient autour d’elles des hommes môches et méchants, des pervers à la mine patibulaire, des vicieux tentant de les abuser, surtout la superbe et ingénue Blanche. Un sauveur amoureux et masqué intervenait à temps pour la sortir des mauvais pas et, entre deux branlettes, je m’identifiais à lui. Cette lecture a contribué fortement à mon obsession érectile pour la gente féminine.

Au regard de ce « passif » adolescent la jeune « Blanche du Show Girl » réveille en moi quelques émois. Elle porte très bien son nom. Elle est physiquement proche de la Blanche de Pichard, dispose des mêmes formes naturelles et généreuses. Elle est étonnamment directe dans ses contacts avec je trouve, une simplicité, un charme un peu « provincial », c’est-à-dire sans « chichi ». Bien sûr elle n’est pas aussi ingénue que la Blanche de papier de ma jeunesse, son expérience semble avoir été fortement « accélérée » par les rencontres…

L’assemblage Blanche et Jun est inattendu; leur complicité étonnante. La dernière fois que je les ai vues ensemble, c’était sur une musique indienne, du genre pow wow de Sioux rythmé par des tambours et des incantations. Manquait le calumet et les herbes… Jun a commencé à claquer les fesses de la jeune Blanche au rythme du tambour puis, munie d’un martinet à longues lanières de cuir a frappé très violemment la croupe de la jeune squaw. Je n’avais jamais vu un tel truc de ma vie ! Je veux dire en IRL (in real life), il faut dire que sexuellement je suis très conventionnel… J’entends encore le claquement du cuir sur les fesses laiteuses de la docile Blanche, agenouillée sur l’une des marches montant vers la scène. Jun lui ordonne « Branle toi ! ». Blanche consciencieuse veut bien faire et passe une main entre ses cuisses déjà humides ; ses doigts frottent sa vulve vigoureusement. Quelques grimaces de plaisir déforment son visage. Elle relève la tête et fixe avec insistance Jun dans la glace comme par défi. Jun lève son fouet, Blanche lui sourit. Un deuxième coup, sec, encore plus puissant que le premier brûle la peau de la soumise. On peut voir immédiatement en contraste, les longs traits blancs sur la peau rougie, la marque de chaque lanière… Oh putain c’est pas possible un truc pareil !!! Jun lâche son fouet et se rapproche de Blanche, de ses fesses tendues et ouvertes à l’assistance. Elle fourre ses doigts dans l’intimité de sa soumise; la malmène. Blanche râle de plaisir. Son corps est secoué de spasmes, son ventre se soulève, se relâche d’un coup, elle gît écartelé par le plaisir sur le parquet…

Je repense à ces deux Blanche, celle de papier et celle bien réelle. Quelle chance de les avoir vues !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s