Catégories
Danseuse Show Girl Fictions érotiques Théâtre Show Girl

Fictions du Covid – Un remède miracle !

Nous avons eu a déplorer un premier mort du Covid-19 au théâtre. Il avait une cinquantaine d’année, à peine grassouillet et sans comorbidité… Nous l’appelions Skippy, comme le kangourou, parce qu’il venait toujours au théâtre habillé d’un survêtement marron clair équipé d’une ceinture épaisse avec grosse poche pendante sur son bas-ventre. Skippy était très inquiet ces derniers temps des risques de contamination. Il collectait sur le net énormément d’informations sur les meilleures façon de se soigner en cas de maladie. J’y avais été de mes conseils éclairés – après tout avec deux années consacrées aux médecines douces n’étais-je pas aussi crédible que n’importe quel Diafoirus diplômé – suggérant des remèdes totalement naturels : jus de citron à jeun pour la vitamine C, soleil pour la vitamine D, activité sportive, poivre noir pour protéger les voies respiratoires, oignon pour l’expectoration…Et puis bien sûr de la décoction de jeunes chattes fraîches une fois par jour, meilleur moyen d’entretenir son système immunitaire. Mais feu Skippy extrêmement angoissé, n’a rien voulu entendre et, compilant de nombreux conseils sur Facebook (comptabilisant même pour classification le nombre de Like) s’est laissé convaincre par les bienfaits de l’hydroxychloroquine associée à l’azithromycine, mais aussi par le Remsedivir et le Lopinavir. Il s’est à plusieurs reprises approvisionné discrètement en soudoyant des pharmaciens du quartier

Je n’ai pas été le seul à remarquer que la poche sous-ventrière de Skippy gonflait de façon disproportionnée à force d’accumulation médicamenteuse, mais j’étais loin de me douter de ce qu’il en faisait tous les matins : Skippy composait un cocktail « préventif » mêlant l’ensemble de ses supposés remèdes, son bon sens l’orientant en l’absence de tests comparatifs vers une maximisation des chances d’avoir le bon traitement ! Dans les premiers jours les symptômes étaient insignifiants, si ce n’est le priapisme permanent qui déformait son pantalon comme une toile de tente… Et puis le cœur a lâché. Fort heureusement au plus beau moment possible pour lui, c’est à dire durant un salon avec deux très belles danseuses, et ce lors de l’apothéose finale, un véritable feu d’artifesse si j’en crois la séquence enregistrée par la caméra… Afin de nous éviter des problèmes nous nous sommes cotisés et avons grassement payé un chauffeur Über – un pack de 10 rouleaux de papier toilette quand même – pour qu’il dépose discrètement Skippy à la chambre froide servant de Morgue à Rungis.

C’est après cet épisode traumatisant – la vie est quand même bien faite – que j’ai visionné un reportage sur Arte durant lequel un éminent épidémiologiste à longue barbe noire de l’Académie de Médecine de Moscou, le Docteur Youri Alexievitch Bibine expliquait comment l’urine fraiche d’une jeune femme de groupe sanguin O+ préalablement contaminée au Covid-19 et ayant développée des anticorps avait fait des miracles sur 90% de ses patients (groupe test de 10 personnes). J’ai alors songé à ma danseuse favorite – Clara – qui il y a un mois était très fiévreuse et présentait des difficultés respiratoires. Elle avait les yeux gonflés et rougis par une vilaine conjonctivite et était alors aussi sexy (malgré ses attributs sexuels ahurissants) qu’une chauve-souris échappée du laboratoire P4 de Wuhan… Et là bingo ! Clara m’a annoncé fièrement qu’elle était donneuse sanguine universelle, de groupe O+. Pas croyable !!!

Du coup, et afin de joindre l’utile à l’agréable Jun et Clara ont monté un spectacle à leur façon. La préparation était importante car Clara a du boire en coulisse un litre d’une infusion particulièrement diurétique…

Lorsqu’elle sont entrées dans la salle, Jun était vêtue comme une infirmière sexy, robe-blouse blanche moulante, coiffe avec une croix rouge, stéthoscope et grosse seringue géante. Clara quant à elle arborait la tenue d’étudiante qu’elle aime, chemisier blanc tendu par ses jeunes seins, mini-jupe écossaise à carreau verts, petite culotte émeraude. Comme à son habitude, la cheffe Jun experte es-jouissances féminines a bien « préparé » la petite Clara, l’auscultant consciencieusement de partout, puis la fourrant à plusieurs reprises telle une jeune dinde de Noel. Quelques minutes plus tard sous l’effet du plaisir et de la pression liquide pelvienne, Clara a fait signe a Jun pour dire qu’elle était prête. Clara s’est alors mise debout en surplomb sur la scène et Jun nous a demandé de nous rapprocher autour d’elle. La suite de ce numéro prend avec du recul un accent quasi religieux (en plus un dimanche de Pâques) du fait de la promesse de résurrection face à la maladie. La cérémonie évoquait au choix la sainte communion ou l’aspersion baptismale selon que les bouches ouvertes étaient ou non convenablement orientées vers l’ostensoir de chair de notre très généreuse Clara !

Assez curieusement, depuis cette cérémonie, je me sens particulièrement revigoré, en bien meilleure forme. Effet placebo ? Je ne sais pas, je m’en fiche, les bienfaits de certaines croyances valent simplement que l’on croit… Par contre j’ai depuis, un goût résiduel de picon-bière légèrement acide en bouche. Ce qui est sûr c’est que je ne suis pas frappé d’agueusie, l’un des symptomes révélateurs du Covid !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s