Catégories
Fictions érotiques Théâtre Show Girl

Fictions du Covid – Sponsorisé par le Professeur Ragoult !

Bonjour les ami.e.s !!! (écriture inclusive du fait des retours charmants de quelques lectrices)

J’espère que comme moi vous avez entendu la très bonne nouvelle (qui néanmoins a déclenchée quelques guerres de chapelles dans le milieu médical) : Un nouveau remède peu coûteux contre le Covid-19 !!! C’est le professeur Ragoult, célèbre vétérinaire du Zoo de Beauval qui en a fait l’annonce. Le Professeur s’était illustré dans ses travaux – Inserm en partenariat avec le Laboratoire P4 de Wuhan – sur l’immunité aux agents pathogènes dont les Chauves-souris mâles hyper-sexuées (alpha) seraient dotées (*). Il a publié là-dessus un article très optimiste dans la fameuse revue Nature et que l’on peut résumer ainsi : « le désir sexuel doperait le système immunitaire humain et constituerait l’un des plus puissants remparts contre le Covid-19 !« 

Corrélation n’étant pas causalité, des groupes tests ont été réalisés afin de valider ou d’infirmer les travaux du Professeur Ragoult. Des membres actifs du théâtre Show Girl ont très courageusement décidé d’y contribuer. Le protocole pour les Groupes A dit « actifs » à travers la France (et recrutés parmi une population d’obsédés sexuels notoires) est le suivant : les volontaires sont exposés de façon intensives aux phéromones de jeunes femmes fertiles et excitées sexuellement. L’état finance les travaux du professeur Ragoult. Les essais cliniques consistent en séances de théâtre et prises répétées de salons gratuits en mode « open bar ». Bon… Là, je ressors de trois salons consécutifs avec Blanche, Léonie et Billie. Je peux vous assurer que je suis « vidé », vraiment crevé ! Ohlala j’ai failli crever sous les fesses de Blanche, les suçons et le savoir-faire de Léonie, les coups de reins de Billie (**).

La suite du protocole pour les cinq volontaires (et forumeurs) après trois jours intensifs de théâtre et de salons (permettant ainsi à nos corps de sécréter les hormones du désir à des niveaux élevés (dopamine, sérotonine et Noradrénaline) sera d’être exposé à une porteuse du Covid-19. Nous en avons identifié une, actuellement en cage, je veux dire en confinement dans les Yvelines et surnommée prémonitoirement la «  petite peste  ». 

J’angoisse à l’idée de me retrouver en salon avec elle, pas seulement à cause du Covid mais parce que la jeune danseuse en question est dans un état d’excitation sexuelle quasi hystérique. Mais le professeur Ragoult nous encourage tellement ! Et il nous a promis de passer les « essais cliniques » sur Youtube, il a énormément de followers !

(*) Stanford Press – The immunity response of priapic bats – by Fellow Professor Ragoult.
(**) Du fait de l’enjeu vital du processus expérimental, des dérogations exceptionnelles ont été obtenues relativement aux règles limitatives des salons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s