Catégories
Clients Remarquables Théâtre Show Girl

Clients remarquables : Guy au Show Girl

Pendant une douzaine d’années j’ai croisé Guy au Show Girl. Comme quelques autres clients remarquables, tel Victor « Rain Man » par exemple, c’était une figure des lieux. Guy était petit et rondouillard avec les cheveux blancs coupés en brosse. Comme un militaire à la retraite il était vêtu d’une saharienne comportant de nombreuses poches. Guy s’asseyait généralement au premier ou au deuxième rang car sa vue était courte. Dans le début des années 2000 il devait approcher les soixante-dix ans et au fil des ans sa vision se dégradait. Avant sa mort vers 2017 il était quasiment aveugle. Son trait le plus caractéristique est qu’il rangeait dans chacune des poches de sa vareuse une multitude de billets. A ses danseuses préférées il distribuait des 20 et des 50, aux autres des 10 et des 5. Cela durait des heures… Il avait les « poches profondes », m’avait dit avoir gagné beaucoup dans le commerce de bijoux. Nous l’avions surnommé « le DAB » (Distributeur automatique bancaire) du fait de sa capacité distributive. Les filles excitées par le lucre butinaient autour de lui comme un essaim d’abeilles. Et Guy tripotait sans relâche ce qu’il pouvait saisir tandis que les danseuses complaisantes comptaient leurs billets, tentaient de décrocher le gros lot au Mât de Cocagne. C’était  désagréable pour ses voisins car le « temps utile » en ces lieux – il faut admettre que le spectacle était très pauvre durant une époque – était réduit d’autant. Le plus ennuyeux c’était quand sa « préférée » de l’instant le quittait pour voir les autres Clients ; Guy se levait, la suivait dans la salle, montant jusque dans les rangs, indifférent à ses coreligionnaires. Il tâtonnait, avide, mort de faim. Nous le remettions en place, lui trouvant des circonstances atténuantes parce qu’il était seul et vieux. Dans les derniers temps, vers 2016 ou 2017 je crois, il avait plus de quatre-vingt ans et était myope comme une taupe. Les yeux pelliculés de blanc, quasiment aveugle. Toujours vaillant dans sa muflerie. Un jour Cindy m’a annoncé qu’il était mort et j’ai souri en songeant qu’il avait échappé de la meilleure manière possible à l’ennui carcéral des Ehpad.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s