Catégories
Non classé

Visite au SG (Avril 2014 par Slupp)

Retour au SG hier pour une petite visite de courtoisie.
Pas de Maylee à signaler malheureusement, mais j’ai pu croiser 8 autres demoiselles.
Très bon moment dans l’ensemble, les banquettes m’ont d’ailleurs parues plus confortables. Après, c’est vrai qu’on n’étaient pas nombreux (5 maxi), ça aide.
Plusieurs visages m’ont parus familiers, je pense que je n’était pas le seul du forum hier soir… 

Vanille
Très jolie black, grande, fine avec un caractère très tactile…
Je ne la connaissais pas et ne regrette pas cette agréable découverte.

Olivia
La fameuse Olivia dont j’entendais tant parlé sur ce forum.
Sympa, mais j’ai pas accroché sur le plan physique.
A noter un passage imposé sur une chanson de Mickaël Young (parle à ma main) plutôt marrant.

Julia
Très très jolie pour le coup. Un regard vraiment captivant et un corps à se damner pour 2 éternités.
Par contre, elle est jeune… Je ne sais pas si elle est là depuis longtemps, mais on sent bien le côté débutante, surtout en solo.
Détail amusant, elle ressemble énormément à la nana de l’accueil dans mon ancien taff, j’ai failli aller lui faire la bise… Heureusement que les tatouages m’ont évités de faire une boulette 

Jesse
La grande copine de Julia, très complices toutes les 2.
Un corps avec plus de formes, très cool et une pêche qui fait plaisir à voir !
En boite (ou ailleurs), elle doit être difficile à suivre ! Très bon feeling en tous cas, c’était un plaisir et un petit air de Rihanna qui est sympa.

Veronica
J’ai moins accroché. Physiquement, je ne suis pas fan et le feeling n’était pas spécialement là non plus.

Iris
Sublime Iris, avec des cheveux courts qui lui vont très bien.
Un corps tout en longueur, avec des courbes plus qu’harmonieuses, des passages très sensuels et une peau qui sent délicieusement bon.
Bref, un délice.

Ophélie
Ophélie, toujours aussi belle et sensuelle.
Des passages sur des chansons lentes, une démarche qui doit franchement faire chavirer des coeurs et une présence vraiment très sex… Alors que paradoxalement, c’est loin d’être la plus tactile.
Qu’il est loin le temps où je l’avais trouvé un peu trop mécanique la fois où je l’avais vu au Ch…

Natasha
Vu que je ne viens pas souvent, je me fous un peu de savoir si elle est là tous les jours ou pas.
J’ai en tous cas été ravi de la voir, elle est belle, sympa, torride et a une excellente mémoire (se rappelle de la ville où j’habite, mon signe astrologique, …) 

Définitivement une valeur sure de l’endroit !

Catégories
Non classé

Souvenirs australiens (Par Andrews)

En évoquant Sydney, la danseuse, cela me rappelle quelques souvenirs …


Sydney : il y avait effectivement à Sydney, un établissement qui était à la fois cinéma « érotique », bar et établissement de striptease et qui n’était pas situé dans King Cross mais près de la gare de Sydney. Je ne me rappelle plus le nom, et il est fort probable qu’il n’existe plus. Je parle de souvenirs qui remontent au début des années 90.
Les films étaient interrompus plus ou moins toutes les 10 minutes. Une jeune femme « itinérante » se présentait pour un striptease, circulait dans les rangées de sièges et offrait l’occasion de la « flatter » d’une main ou des deux en « signe de gratitude » . L’une d’entre elles, Maxine, semblait être à demeure. Son numéro consistait à « forniquer avec le consentement du Roi » (fuck)* et invitait un spectateur à la rejoindre sur la scène en face de l’écran illuminé. Le type se faisait littéralement traire et pas à la main, mais bien avec le sexe que vous messieurs vous n’avez pas. Et pour les timides, Maxine recevait en privé moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Depuis lors, l’Australie a légalisé la prostitution et c’est devenu un métier comme un autre.


Melbourne : près de la gare de Flind street, il y avait et il y est peut-être encore, un établissement en sous-sol, où le midi, le personnel des entreprises voisines, venaient se restaurer ou jouer au billard américain. Chez Ozie (du diminutif Aussie signifiant Australien). Certains jours, c’était aussi spectacle de striptease à midi. Les jeunes femmes étaient des freelances, et avant chaque show, elle passait avec une grosse chope de bière (grosse au point d’avoir une anse pour la porter, 2 à 3 litres) et récoltait les dons au profit de l’œuvre de la demoiselle (ou de la madame). Ensuite, le spectacle commençait sur une table improvisée en scène (la table faisait au moins 4×4 mètres et le plateau était fait à partir de panneaux de coffrage). Une des filles avait comme spécialité d’inonder le plateau, le rendant glissant. Elle se lançait, faisait un cumulet et continuait à glisser sur ses fesses, les jambes écartées. Un Indien avait pris l’habitude de se positionner en face d’elle, de telle sorte que la demoiselle atterrissait sur son gros ventre, le ceinturant avec ses jambes. Quand elle avait pris trop d’élan, il arrivait que l’Indien bascule sur le dos, la chaise renversée et la danseuse à califourchon sur une zone dite érectile. Une acrobate un peu comme Marla au Chochotte.
Dans les établissements de striptease, il y avait le Santa Fe. On y échangeait ses dollars contre du dollars de Santa Fe, billets de l’établissement qui permettait probablement à l’exploitant de retenir sa commission quand la fille venait échanger ses pourboires. Les filles s’exhibaient sur des tables rondes, comme le nom l’évoque, cela ressemblait à un saloon comme on en voit dans les films dits « far west ». Elles se retrouvaient nues avec une jarretière accueillant les billets désireux de changer de mains. Mais on gardait ses mains chez soi, pas question de toucher les demoiselles.


Brisbane : non loin de la gare routière et ferroviaire, il y avait un établissement qui ouvrait uniquement le soir. Là c’était du lapdance et on pouvait flatter la demoiselle à l’exception de la zone pubienne. Les timides ont toujours tort .


Adelaide : le grand professionnalisme que l’on trouve encore au Crazy Horse (http://www.crazyhorse.com.au/). De belles femmes dansant une chorégraphie parfaitement réglées, de quoi rendre fous les mineurs de Coolgardie ou de Coober Pedy, venus s’encanailler en ville après avoir vendu quelques opales.


Que de souvenirs, merci de me les avoir fait remonter en surface.

*selon certaines sources le mot fuck serait « fornication under the consentment of the King »

Catégories
Danseuse Chochotte Journées Chochotte théâtre Chochotte

Journées Chochotte – Aout 2013

Ce qui fait une après-midi réussi c’est évidemment les danseuses, leur beauté, la qualité des spectacles, l’érotisme, le contact avec les belles, mais aussi de façon plus générale l’ambiance qu’il peut y avoir en général. Là, cet aprem ça a été vraiment génial, tant au niveau de la scène que dans la connivence et l’enthousiasme du public dans les rangs.

Ange. Toujours aussi rigolote et sympathique. En plus avec un petit corps de rêve, ce qui n’arrange rien pour me calmer surtout quand elle se ballade à quatre pattes sur le tapis… Très bons passages sur plusieurs chansons de Sade http://www.youtube.com/watch?v=C8QJmI_V3j4. De plus en plus proche du public, notamment dans ses numéros avec Kenny, lors d’un James Bond hilarant puis vraiment chaud, où les deux semblent vraiment prendre du plaisir ensemble à se lécher dans les rangs des spec-tateurs.

Kenny. Comme me l’a fait noter mon voisin, c’est incroyable les progrès réalisés en danse entre ses débuts assez récents et maintenant. De plus un très bon contact coquin-complice avec le public. Jamiroquai lui va très bien http://www.youtube.com/watch?v=jhS5TXl3sMA. Ah les belles africaines…

Kalina. Toujours aussi jolie femme irradiante de soleil méditerranéen avec son sourire engageant, ses longs cheveux noirs, sa magnifique chute de reins et sa croupe accueillante. Chaude et prodigue, elle est venue dans le public en petite tunique d’étudiante, en cow-girl ou encore en soutien-gorge et jupette léopard, puis uniquement habillée à la musique de Slaï http://www.youtube.com/watch?v=eRAPc0LQO6I dispenser ses fameux kalins dont elle a le secret.

Alda. J’aurais quand même réussi à voir la comète dans ses intermittences elliptiques, cette fois ci très proche de mon orbite LOL… WHAOU. Deux passages superbes. Papier Bulle que nous avons fait malicieusement exploser avec délice et puis en Geisha d’abord soumise puis déchainée. Humm, se faire masser les épaules par Alda la tête reposée sur son ventre chaud. Quelle sensualité… Puis, comme à son habitude, c’est l’une des pattern régulières de ses spectacles, la soumise se déchaine pour enfin laisser libre cours à ses envies… très féline avec ses cheveux châtains libérés en une jolie crinière sur Stripped de Rammstein http://www.youtube.com/watch?v=M4SmZkmLRjQ… A noter les tenues d’Alda qui sait marier comme personne les registres d’oie blanche avec des bas blancs immaculés de collégienne du couvent des oiseaux et des dessous SM choisis, collier de cuir rouge, chaines argentées mettant en relief ses jolis seins plus les incontournables accessoires pour ses chinoiseries – comme Hollande je confonds les deux -. Boules de geishas noires emportées par des effets venturis irrésistibles, dynamique des fluides mêlée aux soupirs profonds. Alors quand Alda s’est livrée toute japonisante adossée à l’heureux roi, les jambes et les bras écartés en une crucifixion d’un nouveau genre pour se faire masser par ceux qui avaient la chance de se trouver dans le périmètre béni délimité par ses sacrées extrémités. En général quand un spectacle est vraiment bon, je me mets à avoir des visions fantasmées du futur et évidemment voilà où peuvent conduire la passion du Japon, de l’Art Contemporain et de l’Erotisme et la pattern de l’Attachement…

**** Autre moment ****

Hier, une petite virée avec le nouvel escort boy attitré du forum, Soulknight. Je confirme, il a su très bien se tenir et rester propre, malgré les nombreuses attentions appuyées dont il a pu faire l’objet, de la part de jolies créatures totalement dénudées et très humides pour certaines (cf numéro du parapluie d’Ysé).

Donc hier super équipe avec notamment Rose, Ophélie, Ysé, Kenny, Eddie et Lila, une nouvelle que je ne connaissais pas.

Donc Lila, jolie rousse à la peau très blanche, très contact, souriante et coquine. Elle n’en n’est visiblement pas à son coup d’essai dans l’univers de l’érotisme. De très beaux seins volumineux ; si ils ont été gonflés c’est vraiment du bon travail, il faudrait vraiment procéder à la palpation pour en avoir le cœur net. LOL.

Quelques séquences mémorables, avec tout d’abord Ysé dans un nouveau numéro que je peux qualifier de « coup de parapluie » tant il m’a foudroyé au cul rare… Ysé déboulant dans la salle dans un arrière fond sonore de tempête et de lourde pluie, avec un parapluie abimé à la toile arrachée et aux baleines tordues. Sa robe trempée et son rimmel noir lui coulant des yeux. Ysé dansant après l’averse sur Blur – Jet, et puis James Blake – Rétrograde. Elle a encore mis la barre plus que haut, hot parfois, avec ses sauts, ses tournoiements, ses figures renversantes, ses caresses sonores. Se laissant ensuite tomber telle une féline, sur ses quatre pattes. Ysé plus chatte que chienne plus tard, avec ses oreilles noires de velours, miaulante sur le duo des chats de Rossini et frottant sa tête contre les jambes de spectateurs. Ysé…

Et puis des séquences hilarantes avec Ophélie, concernant le fameux « Battle » qui a été évoqué plus haut. Oui, il faut suivre, mais c’est aussi ces clins d’œil qui font le charme des lieux pour les habitués…Donc Ophélie qui s’est enfin mis à Gainsbourg comme ç alui avait été recommandé, Ophélie toujours redoutable avec l’une des plus belles surfaces des lieux, un corps, un minois, et un cul magnifique, à damner un saint ou faire d’un grabataire un champion du saut à la perche… ( à noter que quelques claquements secs ont été encore entendus en salle). Donc Ophélie, qui dansait sur Gainsbourg et lors d’une improbable transition gérée par DJ Daniella (Oui Iris était en vacances…), s’est retrouvée par erreur avec la musique papier-bulle d’Alda… sur laquelle elle a commencé à danser. Mais il lui manquait visiblement le papier bulle pour que l’effet et la confusion sur ses admirateurs soit total. Dommage que ça ait été une erreur… La musique a été rapidement interrompue et Ophélie est « repartie » sur un plus conventionnel « Love on the Beat ». Oui ça s’écrit Beat, Ophélie… Alors si jamais tu lis ça, Ophélie : « tu auras la palme de la « petite perverse » avec un rating AAA le jour où tu arriveras vêtue de papier bulle que tu te seras procurée en cachette ou que tu viendras vers nous l’air de rien, vêtue d’un kimono de satin noir, douce et maquillée les yeux plissés comme des meurtrières, tout à ton art, pour une cérémonie du thé parfaitement maitrisée – ou tu ne rigoleras pas – ou d’abord tu nous masseras – non pas là où tu penses, plus haut – et tu te feras masser – y compris les genoux -, ou alors que tu t’empaleras bien profondément face à nous sur un long gode blanc en poussant des cris pervers dont on ne saura plus s’ils sont de plaisir ou de torture sur Nick Cave and the Bad Sees ».

Catégories
Danseuse Chochotte Journées Chochotte théâtre Chochotte

Visites au Chochotte – Juillet 2013

Lili-Rose que j’avais vue trop rarement, dans un registre rétro excellent, comme par exemple sur « Tu veux ou tu veux pas ?» de Brigitte Bardot. C’était impossible de refuser une telle proposition. Les numéros de Lili-Rose tirent carrément le théâtre vers le haut, et pas seulement le théâtre d’ailleurs vu ses attributs…

Ysé plus féline que chienne. Très bonne dans les registres de la maman ou de la putain, les deux seules alternatives intéressantes qui conviennent à des hommes tels que moi, en vérité. Toujours de très bonnes chansons à texte. Un plaisir de l’entendre elle aussi…

Rose-Brune, très convaincante dans un passage musical réclamant la libération des Pussy Riot https://soundcloud.com/anatomie-bousculaire/never-give-up-svobodu-pussy où telle une femen de combat aux allures militaires et militantes elle nous a montré ses armes de destruction massive : deux redoutables obus et une centrifugeuse souterraine dont l’accès était très visiblement signalé par un Don’t touch my pussy écrit au fusain sur son anatomie bousculaire qui constitue un défi intéressant à la domination masculine qui incite à la relecture studieuse de Bourdieu et De Beauvoir.

Kenny qui décidemment danse de mieux en mieux, et c’est pas peu dire, sur des registres variés. Et qui nous a fait le plaisir de « se lâcher » à la fin de ses passages de façon inhabituelle sur des figures de break dance ou de hip-hop. Ne reste plus qu’à espérer un jour un battle érotique avec une autre danseuse émérite, aujourd’hui disparue de la scène…

Un peu plus tard en Juillet 2013 toujours :

La longiligne et superbe Ophélie plus provocatrice que jamais quand elle vient chevaucher les spectateurs ou se masturber frénétiquement a quelques centimètres de leur visage. Si vous voulez tester ses réflexes c’est impressionnant, il suffit de poser ses mains au mauvais endroit et immédiatement un claquement sec se fera sentir et vous pourrez en être quitte pour un gage à quatre pattes dans la salle chevauché par la belle.

La sympathique Rose-Brune, Femen de compétition à la poitrine naturelle généreuse et aux jolis cheveux noirs. De plus en plus sexy et au contact quand elle parcourt les rangs des heureux spectateurs pour se donner du plaisir.

Anatolie, vraiment très originale dans sa façon de danser. Des spectacles étonnants de qualité, bluffant et sur des genres et musiques très variés.

Des duos entre Ophélie et Anatolie, torrides… et où les spectateurs sont parfois mis à rude épreuve pris dans l’étreinte des jeunes corps féminins passionnés et vigoureux. Ophélie prend de plus un malin plaisir à la provocation et a toujours le chic pour comprendre et mettre en scène ce que des hommes au cerveau court-circuité par de jolies fesses peuvent souhaiter.

Lias sur de la dance et de la techno, très provocante aussi. Une chute de rein et un cul sublime. Vraiment excellente dans le duo James Bond avec Ange, ou encore en dominatrice SM avec la petite Ange en docile soumise parcourant la sale à quatre pattes et tirée par une laisse vers des spectateurs aux anges.

Ah Ange, comment résister à son joli petit corps, son joli petit cul. Si en plus elle me fait rire… ?

Alda , gainbourisante en petite salope et perverse Manon, jouissante ou agonisante plus tard, je ne sais plus, avec un gode blanc planté dans les entrailles, au milieu de spectateurs ahuris par son numéro et qui ont eu du mal à revenir à leurs esprits avant la salve d’applaudissements qui a suivi.

Et puis Eddie. Eddie le cœur plein de fierté, sublime avec sa longue chevelure noire, son regard, son look métal étudié. Un « ancien » a évoqué la présence du « fantôme de Saphyr » dans la salle.

Catégories
Doctissimo

Les Perles du Dilettante sur Doctissimo

Marla
Chute et se relève
Surjoue de droles de roles
Des légumes en rougissent
Jusqu’au fond de la Matrix

Alda
Sirène entravée
Femme-Enfant en quête de liberté
au passage masqué
Vers la femme douce aux seins généreux

Eva
Amazone d’ébène
En recherche érotique
De regards complices
Au Désir inassouvi

Satie
Chienne ménagère et racée
Droite dans ses bottes
Kakalin Kamaya
En bon Equilibre

Miel
Krasiva Pile et face
A sur investit la surface
De la Blonde.
quelle autre surprise maintenant ?

Marie II Le Retour
Attention,
A la caisse
On s’y Lias !
Lol

Elina
Star des années 80
Cryogénisée sous Alcide
Chérie adulée
De l’époque bénie

Kalina,
Ecolière a quatre pattes
Lèche docilement les sucettes
les couettes tirées,
Par les vilains !

Iris
Entre deux longues vacances
Tournoie et s’offre
de très près
Aux regards myopes
Et avides

Serena
Otaku Oh ton cul
Tombée d’un manga
Au Bondage bandant
En soumise maitrise

Sherine
Tournoie sur les barres bien dures
Et Sans complexe
Défonce avec ardeur
Les mufles et le reste

Et toi Cassandre
Styliste évanescente
Aux frontières des genres
Sauras tu entendre ?

Andrews,
Téméraire littéraire
Aux histoires attachantes
Esthète aux yeux bleus
Dans les regards tu te perds

Et songeur tu goutes
Au sucre du miel laisse sur tes doigts

Sade,
Puissante beaute métisse
A la jeunesse exquise esquisse
Classiques entrechats
Et Grands écarts
Qui captivent le regard
Et entrainent le désir
Dans l ourle des lèvres
offertes

Leperevert,
Solitaire a l humour mille neuf cent,
Les Jeux de mots Vermots,
Protègent l’intimité préservée,
Du regard, qui trop s immisce.
Cheminot en recherche d âme soeur, complice,
Dans le train train de la vie.

Qwerty117,
Les masques et les plumes
Sensible au féminin
En Recherche philosophe
De questions sans réponse
Regard mosaïque
qui Interroge Les sens
Et Recolle les morceaux

Venus,
Show girl émérite,
Assurance et Voix rauque,
A l’Allure de Diva Soul.
Dans les Blues choisis,
Absorbe sans complexe
Les plus volumineux des …

Slupp,
Jeune contraint cadre sup,
Cherche sa Milestone
Entre deux chemins critiques ,
L évasion sas de décompression,
Et celle qui saura du regard,
Le mieux lui faire croire.
Doux rêveur, peu importe l illusion.

Rocko
Si tu m’abandonnes je t’encule
Si frais, dis,
Et si désabusé pourtant
De kalins zappé
Oh my gode

Plus Moules que frites
Au sortir du Thalys
Vite ! Voir Ces godes qui s’immiscent
Dans ce désir qui tant m’habite

Retour le soir enfin reput
A quand la prochaine fois ?
Waterzooï Waterzooï Morne Plat !
J’en peux déjà plus; vite du cul du cul du cul !

Woland,
Curieux diable de roman,
Aux identités multiples.
Maitre qui effeuille les Marguerite,
Et Sonde les limites.
Recherche à tout prix,
Ce qui ne s’achète pas.

Catégories
Clients Remarquables Doctissimo théâtre Chochotte

Forumeur Remarquable : Qwerty117 (Chochotte 2010)

Nota : Pour diverses raisons personnelles, il fallait absolument que je sauvegarde ces quelques écrits car Qwerty117 était bien plus qu’un « Forumeur ou un Client Remarquable » et je prends un malin plaisir à publier ses écrits ici (en espérant qu’il sourit au clin d’oeil)…

Le 8-12-2010 : Au Chochotte ce lundi dernier:

Vu malheureusement (J’aurais bien pris du rab!) que le dernier passage de Cassandre, que je ne connaissais pas, sur Monroe et dans un déshabillé rose qui lui allait à ravir. Rarement vêtement m’avait rendu plus impatient de lui faire répondre à son nom…
Une chouette découverte pour moi qui ne viens pas si souvent. Je crois -d’après mes sources… qu’elle est toute nouvelle et elle semble vraiment prometteuse. En ce qui me concerne, je me suis laissé séduire sans réserve et avec bonheur.
Je n’ai qu’une chose à dire: « Encore! »
Un petit point piquant en plus: les cheveux courts. Ca se fait rare. Je ne connais pas toutes les filles du moment, mais en tout cas c’est la seule que j’ai vue porter cette coupe garçonne qui lui va à ravir.
On aime ou on n’aime pas, mais moi je trouve que ça donne à son charmant minois un petit air mutin qui contraste délicieusement avec sa silhouette sculpturale et sa beauté classique.
Et une petite touche d’originalité au milieu de toutes les (splendides les unes comme les autres, les filles, pas de jalouse!) chevelures que l’on voit se déployer dans la cave aux merveilles.

Alda magnifique. Tout simplement. Passant d’un numéro et d’un personnage opposé à un autre tout au long de la soirée, avec une aisance à vous étourdir. Je ne l’avais vue qu’une fois et sa sensualité m’avait déjà ému, mais là elle semble depuis -pas si longtemps pourtant- être totalement sortie de sa chrysalide. Virevoltante, particulièrement en forme, et dégageant toujours ce je-ne-sais quoi de sensualité vibrante, même lorsqu’elle se fait plus joueuse et mutine (et alors c’est un délice aussi, un vrai bonheur de la voir s’amuser et prendre du plaisir).
Geisha coquine, cambrioleuse espiègle, femme-enfant, femme fatale au regard de braise… Je ne sais pas, tout lui va! Et quelle élégance jusque dans la jouissance, quelle grâce, quelle sensualité, quelle présence!
***Je serais pas en train de craquer, moi? C’est grave docteur??***
La prochaine fois, j’ose, et même si ça ne fait que si peu de temps que je l’ai « rencontrée » en ces lieux, je crois lui demande un salon. Ce sera mon premier…  
Une mention toute spéciale à ses passages sur Gainsbourg. Excellent choix de cette musique lancinante et sensuelle qui semble faite pour elle.
Peut-être ma favorite parmi mes découvertes de nouvelles chochotteuses; pour sa sensualité (ça va faire une dizaine de fois que j’emploie ce mot dans ce paragraphe, non?…^^) et son charme indéniables; mais aussi pour la…complexité -c’est le mot qui me vient et je le trouve bien évocateur-, la profondeur qui émanent d’elle; masquant -reléguant très très très loin ses (petites! -et plutôt charmantes qu’autre chose) hésitations de débutante.

(Re)-découverte d’Eva: Je ne l’avais vue que très brièvement et il y a de cela maintenant plusieurs mois, avant mon départ outre-Atlantique,  alors qu’elle était encore débutante dans l’enivrant Théâtre tel que seule notre capitale -on dira ce qu’on voudra- sait encore nous en offrir.
C’est simple, pour moi elle est un élément indispensable de ces lieux! Plus dans la coquinerie que les précédentes, elle dégage une sorte d’érotisme à l’état brut, incroyable. C’est quasi-animal, mai s dès qu’elle entre sur scène, l’atmosphère se transforme: comme de l’électricité dans l’air.
Et quel corps! Tout en finesse et en muscle. Quelle formidable danseuse aussi, et quelle énergie!
Un de mes coups de coeur.
Parmi les trois danseuses citées, elle est de loin la meilleure. Sans doute des années de pratique derrière elle. Toujours dans le rythme -qu’elle préfère énergique, un rien sauvage, à son image; d’après ce que j’ai pu voir. Elle tournoie, elle trépigne, elle ondule… Toujours juste, pas un faux pas. Et pour autant, il n’y a rien chez elle de ce qui peut agacer parfois ou rompre le charme chez d’autres « anciennes », où le côté trop pro vient casser la spontanéité et par le même coup (à mon avis) l’érotisme qui n’ont jamais fait défaut tout au long des passages que j’ai vus chez Eva.

Voila… Ma modeste première vraie contribution à ce forum.
J’ai voulu célébrer mes retrouvailles avec mon Chochotte préféré (juste un passage à la mi-novembre, mais si bref qu’il ne compte pas) en racontant mes coups de coeur et mes découvertes.
Si ce post est entièrement consacré à trois danseuses, c’est parce que ce sont les 3 que j’ai vues ce soir-là pour la première fois ou tout comme, et j’ai voulu revivre ces premières impressions, ces « rencontres », ainsi que faire le récit de ce qui m’a plu et marqué chez chacune.
Mais -ATTENTION! cela ne signifie pas que je ne rends pas hommage aux autres que j’ai vues ce soir, cependant qui me semblent déjà bien installées et célèbres sur ces pages comme sur scène; mais que je salue néanmoins ici pour le superbe spectacle qu’elles m’ont offert. Un énorme merci à toutes.

J’ai simplement voulu me faire cet innocent plaisir, de retranscrire mon enthousiasme pour de plus fraiches arrivées, celles que j’appelle « mes nouvelles Petites Nouvelles », et mes nouvelles chouchoutes.

Vivement lundi prochain! Ah, comme le retour au pays a du bon…

Le 15-12-2010 : Lundi dernier au Chochotte (soirée):

Fantastique numéro de samba d’Eva!
Vraiment incroyable, tout, le costume, la vitalité… J’ai adoré! …Et le petit plus vraiment sympa: Ses copines qui sont venues la regarder et l’encourager. Lyana (je ne suis pas tout à fait sûr pour le nom? Si quelqu’un peut confirmer)
cachée dans les escaliers, qui a lancé un battement de mains que tout le monde s’est empressé de reprendre en coeur… Vraiment un super moment de pure joie de vivre.
Alda elle n’a pas hésité à venir (discrètement, elle est restée dans l’alcove sous l’escalier) parmi le public, masquée (j’ai l’impression que cette jeune femme adore les masques…au propre comme au figuré. Le genre qui ne se dévoile pas du premier, ni du deuxième coup -vous savez, un peu comme les oignons^^ En tout cas ça renforce son air mystérieux et ça lui va bien.)
Tout à fait reconnaissable dans sa longue robe noire, très classe et follement sexy à la fois. Elle a contemplé le numéro d’Eva (c’est qu’il est célèbre, ce numéro de samba! Même outre Atlantique j’en avais entendu parlé! Je remercie le ciel qui s’est penché sur le Chochotte ce soir-là pour me permettre d’enfin le voir!), très enjouée; mais elle en a aussi profité pour promener son regard sur le public, intéressée et intriguée. Comme elle me l’a confié plus tard -mais ceci est une autre histoire…, pour elle le spectacle est parmi les gradins au moins autant que sur la scène (ce sont ses mots)
-Pareil ce soir: deux coquines que je ne nommerai pas (…Alda et Shérine, qui d’autre! -Il faudra aussi que je parle plus longuement de cette seconde, époustouflante-) qui descendent par surprise en tenue de mères noël…sans rien en dessous si mes yeux ne m’ont pas trompé! pendant le (très chouette) solo d’Eva sur Claude François et s’improvisent en claudettes! Un moment totalement décalé et génial.
En plus du côté fun, je trouve que ça fait toujours plaisir de sentir la bonne humeur et la complicité entre nos danseuses bien-aimées. C’est aussi pour ce genre d’initiatives inattendues que j’aime le Chochotte et la liberté créatrice qui y est laissée aux filles. Ses passages sur de la house, même si ce n’est pas trop mon type de musique, lui vont bien aussi, plus sensuels, ça change d’Eva-l’ouragan… (perso je craque pour les deux, alors…^^)

Miel a vraiment un physique angélique et est une superbe danseuse, dans un tout autre style. Elle je la connaissais déjà avant mon départ US, et j’apprécie toujours autant ses passages dansés (celui avec le drap, splendide). (vue aujourd’hui aprèm)

Iris, toujours aussi jolie et juvénile. Elle danse avec beaucoup de grâce; mais joue peut-être un peu trop de son rôle à mon goût. C’est peut-être juste une impression, mais je trouve qu’elle manque de spontanéité.
En tout  cas elle a malgré tout beaucoup de charme, mais trop « petite fille » à mon goût -je ne sais pas comment l’exprimer, mais chez elle parfois je ne ressens pas ça comme de la fraîcheur, mais comme quelque chose de presque gênant. Par exemple le moment où avant d’entrer en salon, elle a demandé au monsieur concerné « Je garde ces sous-vêtements-là »? d’une voix presque vulgaire, qui contrastait par trop avec son allure femme-enfant. Femme-enfant oui, enfant qui joue à la femme, non!
(Enfin ça c’est perso) Moi elle me plaît quand elle n’en fait pas trop.
Un corps ravissant en tout cas!

Lyana, extrêmement fine -plus qu’Iris!, très jolie aussi; mais je ne l’ai que trop peu vue danser pour en parler vraiment. J’espère en revanche la revoir bientôt!

A noter aussi: Un superbe duo que je ne connaissais pas,entièrement dans le noir avec des torches électriques, que lles danseuses finissent par distribuer au public avant la partie « lesbien » pour que les heureux élus puissent éclairer les endroits qu’ils désirent.
(Alda-Lyana cette fois-là)
Très esthétique et très sensuel, et j’aime beaucoup l’idée.
Alda est vraiment superbe dans les duos en général, je trouve. Peut-être plus confiante d’être mise en scène, elle a un mélange de beauté précise, de théâtralité et pourtant d’abandon qui la rendent magnifique. Dommage que pour le deuxième (La jeune fille et la mort, un vieux celui-là), Lyana ait été un peu trop « pro », parlant au public, des mouvements très
choisis, s’interrompant pour répondre à un spectateur; cassant par là la « transe » d’Alda qui a même fini par lui susurrer un espiègle mais un peu agacé « Bon, et si tu t’occupais de moi maintenant?… »

En tout cas les duos dans le public, c’est bien sympa! Très beau duo aussi sur le thème oriental cette fois d’Iris et Eva. J’ai trouvé Alda superbe toute la soirée, très en forme et de plus en plus sûre d’elle, ça fait plaisir.
Gainsbourg: Une Evidence.
Le numéro de la Geisha doit être assez nouveau, cette fois il était parfaitement rodé, elle a été splendide. La douce Geisha aux yeux baissés qui se métamorphose soudain en une tigresse enragée (Ces yeux de braise!…) sur du rock japonais (là j’aurais besoin de votre aide, Cypem!..); avant de revenir sur une très douce et apaisante musique zen, où tout le monde, ravi, se battrait presque pour la masser tandis qu’elle s’abandonne les yeux clos, en plein au milieu du public. (Bon, les parties d’elle qu’elle daigne nous accorder en restent aux pieds, jambes, mains et cou…..)
+La petite surprise qui fait le plus du numéro, mais je ne veux pas le déflorer pour ceux qui ne le connaissent pas encore… Indice: C’est noir et ça attend sagement son tour dans un joli sachet…
Et en passage final, elle nous a fait sur Maryline Monroe un show absolument splendide qui s’est fini sous de véritables acclamations.  Superbe dans le genre pin-up hollywoodienne des années 40, arrivée dans une robe en tulle cachant une lingerie sublime, guépière-corset en satin ivoire et vrais bas couture, qu’elle a pris tout son temps pour enlever en jouant de ses charmes et de son sourire.
Suite à ce dernier numéro je suis monté pour la demander en salon privé, mais un malotru m’avait grillé la politesse!

Mais je n’ai pas dit mon dernier mot, et, je dois bien l’avouer, je crains de devenir addict: je suis revenu dès aujourd’hui (mardi). Quant au salon, chût là-dessus… Je vous dirai seulement qu’ Alda est une jeune femme surprenante à tout les points de vue; et que si on est soufflé par sa sensualité en bas, on l’est encore plus par sa conversation en haut. Elle m’a même au premier abord presque intimidé, et le vouvoiement s’est imposé de lui-même.
Elle ne joue pas, et on ne lui fera pas faire ce qu’elle ne veut pas faire. La femme enfant qui se dénude devient une femme pleine de sagesse et d’un humour délicieux à la fois, bourrée d’esprit; et une vraie interlocutrice pour celui qui aura le bonheur de lui plaire assez pour qu’elle accepte de lui faire entrevoir se qui se cache derrière le maquillage.
Je n’en dirai pas plus, mais si jamais vous me lisez, Alda: Merci. Vous êtes délicieuse. Surprenante et délicieuse.

Quand au reste du mardi soir, mon feedback plus tard: Pour l’instant dodo!

Récapitulatif sous forme de mention spéciale pour Alda en pin-up glamour-chic et Eva dans sa samba endiablée.

Le 12-12-2010 Qwerty117 écrit :

J’aime :

-La poitrine de Stella.
Son allure frêle et ce que je ressens comme un grand courage de sa part de s’être jetée dans l’aventure Chochotte, sans expérience préalable et avec un côté « on verra bien »; et finalement après quelques tâtonnements, la grâce avec laquelle elle s’en sort.
Son visage expressif et sa beauté particulière.
Sa bouche.

-Oui, le corps hiératique et sculptural de Cassandre. A ce sujet, je l’ai vu dans le rôle de la statue lors du duo Pigmalyon, en statue grecque elle était évidente.

***Sur ce point, je suis toujours ravi lorsqu’il se trouve des « moments de grâce » et de vraies trouvailles qui semblent dépasser les calculs ou les prévisions des danseuses dans leur mise en scène; mais qui témoignent à mes yeux d’une véritable finesse et d’une intuition inconsciente. J’aurais bien d’autres petits et délicieux exemples à donner.
C’est comme si vraiment, la magie ou une sorte d’alchimie inexplicable s’était emparé du théâtre et jusqu’aux danseuses.***

-La sympathie rayonnante d’Eva et son énergie comme danseuse.
Ses sourires coquins.
L’érotisme électrique qu’elle dégage et qui ne semble même pas contrôlé ou conscient, comme quelque chose d’animal qui émanerait de toute sa personne.

-La créativité de Satie et sa « grande gueule » (au bon sens du terme!)
C’est parfois presque un one-(wo)man-show complet qu’elle nous offre pendant 15 minutes! bien plus qu’un simple strip.
Satie lorsqu’elle porte un chignon.
Sa présence électrisante.
Son côté explosif et le plaisir qu’on a, en la voyant descendre l’escalier, à ne jamais savoir à quoi s’attendre.
Son accent qui me fait craquer

-La folie douce de Shérine (Aucun duo qui ne se mette à dérailler complètement avec elle, et bon sang, quand on les connait par coeur, qu’est-ce-que ça leur fait du bien!)
Sa maîtrise et son côté totalement décomplexé.
Sa poitrine.
Sa peau veloutée.

-Les mimiques d’Iris; sa moue enfantine qui devient si troublante dans le plaisir.
Sa silhouette fine et gracieuse.

-La coquinerie de Lias et son côté peste, qui (me) semblent cacher en réalité une grande gentillesse et une grande sensibilité.
Le contraste entre son aspect dominateur et sûr de soi, et une fragilité que je crois déceler (ces propos n’engagent que moi)
Sa collection de lingerie! (-et surtout elle dessous…)

-L’élégance d’Alda. Son côté femme-enfant et sa fraicheur, surtout pour les moments où elle cesse brusquement d’en jouer
Le contraste entre ses passages mutins et sa complexité.
Toujours quelque chose d’un peu mélancolique qui semble percer, presque torturé parfois. Le côté, si on y fait attention « J’ai encore mille autres visages »
Son physique d’héroïne romantique intemporelle (Surtout lorsqu’elle est en tenue de loge, une longue robe ou nuisette noire)
Sa bouche
Sa poitrine
Sa sensualité
Je fond particulièrement lors de ses duos, où elle est sublime d’abandon.
Sa façon de ne jamais céder à la facilité du vulgaire.
Sa finesse et sa sensibilité. Sa culture insoupçonnée.
(Mais là je m’arrête, parce qu’elle est la seule que j’ai eu l’occasion de mieux découvrir en privé lors d’un salon; et je ne doute absolument pas que nombreuses parmi ces jeunes femmes sont celles qui sauraient délicieusement nous surprendre.)

Je craque devant ses petites incertitudes et je plane littéralement devant ses subites audaces. -Comme je le disais de Stella, il y a chez elle un côté « Tant pis, je me jette à l’eau » pour lequel j’ai le plus grand respect. De ce point de vue-là, ce sont les deux nouvelles qui en tant que nouvelles me touchent le plus.

-La splendeur de la danseuse Mielle
La grâce et le caractère de la femme
On a tant dit et mieux que moi sur elle, tandis que je n’ai eu la chance de la voir qu’une seule fois; que je ne poursuivrai pas. Mais je n’espère que de pouvoir allonger cette liste le plus vite possible.
Je ne prétends pas à l’originalité, mais je fond devant son physique angélique de poupée de porcelaine, et surtout lorsque je sais qu’elle est tout sauf un pantin, et bien plus solide que la plus fine des Saxes, tout en en égalant la perfection.
Qu’on me pardonne la facilité de ce jeu de mots… Mais vraiment elle a tout de la poupée russe: le physique, les origines, et les multitudes insoupçonnées de couches, à chaque fois surprenante et à chaque fois renouvelée.
Son regard et ses yeux.
Sa blondeur.
Ses audaces (les textes parfois de ses chansons sont des plus osés; ou encore sa façon de remettre à sa place un public mal élevé.
Ce je ne sais quoi en elle qui fait qu’elle peut tout se permettre, sans qu’avec elle jamais je ne puisse me sentir choqué.
Pour l’avoir vue toute une journée, et pour avoir lu ici ce que j’ai lu sur elle, je pourrais résumer ce que m’inspire Mielle par ces mots: Je ne serai jamais surpris d’être surpris par elle.

Voila… Celles que je n’ai pas citées sont celles que je n’ai pas encore la chance d’avoir vues, ou vraiment trop peu.

Catégories
théâtre Chochotte

Pétage de plomb d’une danseuse au Chochotte (Août 2010)

Post de plainte (7 Septembre 2010) écrit par Marco79 victime de cette fameuse Catharsis.

« Chère Anaïs,
je tiens d’abord à vous manifester toute mon estime et toute mon admiration que j’avais pour votre établissement, dans laquelle je revenais toujours et qui était proprement unique au monde. J’aurai continué à l’apprécier tranquillement s’il ne m’était arrivé il y a peu une mésaventure que je dois rendre publique à votre connaissance ainsi qu’aux habitué du lieu, et ce pourquoi pas sur le forum que vous lisez surement de temps à autre…
C’était mardi 31 aout, le soir. J’avais encore en tête des moments très érotiques de visites précédentes avec notamment vous-même, Elina, Shérine, Louna, Natacha… et je trouvais justement avec plaisir que le chochotte était sur une pente ascendante…
Ce soir là donc, j’ai été entraîné sur la scène par Miel armée d’un masque de diable : je me suis dis « chouette, un peu de participation au spectacle, et avec Miel en plus! » (j’ai toujours gardé un bon souvenir des quelques invitations sur scène que j’ai pu vivre dans divers clubs…), elle a commencé à me déshabiller et à manier son fouet, puis elle attache mes mains au poteau, jusque-là, rien d’extraordinaire… Puis d’un coup, elle a commencé à jouer de ses griffes… Sur le moment, je me suis dit : « oh, ca va un peu loin, là », mais j’ai tenu le spectacle, griffe après griffe, en cherchant de plus en plus à esquiver, moins par plaisir (dès la première griffe, plaisir = nul), que par défi, honneur, sens du spectacle, inconscience de la douleur effacée par l’adrénaline (stupide!), refus de croire que ce qui m’arrivait eut pu être possible… La fin est arrivée, et Miel avant de monter : « vous étiez avec Miel, et si ca ne vous a pas plu, c’est égal »…
De retour sur le banc ayant au passage été aussi étranglé avec ma ceinture, j’étais la peau en feu, je me trouvais interloqué, choqué, ne sachant pas quoi penser, ne comprenant pas ce qui m’était arrivé… Les autres spectateurs étaient perplexes et plutôt dégoûtés du spectacle. l’un d’eux : « vous avez commandé le show? » Moi « Dieu merci non! Ça a dépassé les limites, je n’ai jamais vu ca! ». Et le spectateur : « Miel avait apparemment un compte à régler avec la gente masculine, il semble que vous lui avez servi de souffre douleur »…
Le soir devant la glace, j’ai découvert mon torse et mon dos lacérés, mon maillot de corps rouge du sang des blessures encore ouvertes, sans compter l’enflement de mon cou suite à l’étranglement… je ne me rendais compte qu’après coup du degré de violence sadique jusqu’au sang, dont j’avais été victime… Devant la glace, devant ces blessures dont je n’avais pas mesuré la profondeur sur le moment, je me suis alors dit « mais quel con! Comment as-tu pu laisser faire ca?! Pourquoi n’as-tu pas dit « stop », arrêté le show dès la première griffure, quitté le spectacle sur le champ?… » (réaction normale « saine et intelligente » qui aurait du s’imposer de ma part). Mais on ne m’y reprendra pas… Cette expérience m’a fait passer l’envie de retourner au chochotte pour un temps, et il y en a en tout cas une que j’éviterai à l’avenir…
Ont suivi 3 nuits d’insomnie avec le dos en feu, 5 jours de cache-cache avec ma femme à qui je voulais taire la mésaventure… Mais une tendre caresse de sa part dans mon dos le 6ième jour est tout de suite arrivée sur les croutes de mes blessures et j’ai du raconter et partager ma gêne avec elle, qui m’a demandé de faire un test HIV sur le champ vu le contact des ongles de la sadique sur mon sang.
Une question pour terminer, reine Anaïs : « de tels comportements sadiques, de la part d’une Miel tout aussi belle soit-elle, ont-ils bien leur place dans votre cave magique? Le temps que vous méditiez cette question, je vais me faire plus rare chez vous et peut-être aller voir si j’y suis chez votre amie Cindy de l’autre coté de la Seine »…
Un peu de jeu et d’exhibition, ca va, du sadomaso de la sorte, c’est pas mon truc, mais pas mon truc du tout…
(…)
Je me relis et me dis : non ce n’est pas possible un truc pareil ?!… et bien si…

NB pour les archives du forum : 8 mois + tard, Miel se sera excusée de la façon la plus belle qui soit… et j’aurai complétement pardonné son emportement… Il est heureux de voir comment avec le temps, le pardon et la sympathie peuvent toujours prendre le dessus sur la violence et le ressentiment… Les échanges qui suivent sur le sujet sont donc à lire ou relire avec suffisamment de recul…

Catégories
Danseuse Show Girl Théâtre Show Girl

Marylin (Show Girl 2002-2003)

Je me souviens de Marylin qui officiait encore en 2002/2003 quand j ai découvert le Show Girl. Une jeune femme russe blonde, très « bandante » avec des gros seins et des lèvres vaginales très… développées. Elle était actrice porno par ailleurs, plus connue sous le nom d’actrice Bianca Romanova et s’était accoquiné avec un producteur de cinéma. Les deux recrutaient d’éphémères starlettes du Show Girl pour des films « amateurs » tournés en appartement. Je crois que la maison de prod s’appelait MSTX (« Maman Sais que tu Tournes du X ? » ) . Line que j aimais beaucoup (et qui avait un « air » de jeune Macha Meryl avait tourné chez MSTX, pour Marc Dorcel ensuite. C’était une copine de Marylin.