Catégories
Danseuses Mes Conseils

7 raisons pour lesquelles il ne fait pas bon être Star de théâtre érotique (et souvent ailleurs…)

L’histoire (très) récente nous le prouve une fois de plus, d’aucuns diront que c’était prévisible et que la roue tourne. Je ne m’étendrai pas sur la dernière star en partance de notre théâtre d’autant que je ne l’ai jamais fait, mais je regretterai de n’avoir pu la voir une dernière fois.

Je commenterai juste dans ce post le « statut » à priori enviable de Star de Théâtre Erotique, mais selon moi forcément voué au tragique (du moins dans le cadre du théâtre) , à la désintégration naturelle vers le Trou Noir et vers l’Entropie (on ne lutte pas contre la deuxième loi de la thermodynamique 😉 ) …

  1. Être une star nécessite de gros efforts. D’abord pour accéder au pinacle, ensuite pour s’y maintenir. De plus il faudra rapidement « doubler » les heures pour maximiser le chiffre d’affaire de La Maison. Quelques mois à ce rythme et hors dopage d’athlète olympique, l’épuisement physique et nerveux guette avec certitude…
  2. Être une star conduit souvent à oublier la raison première pour laquelle on était venu travailler là. Financer Mes si chères études, un projet, une intermittence. Mais la Fin se perd souvent dans l’abondance de Moyens. La Fin mise en suspens, abandonnée, les moyens devenus faim.   
  3.  Être une star expose à l’envie, à la jalousie; pas seulement de la part des danseuse et c’est une surprise. Mais malheureusement une constante de ce Féminin.
  4. Être une star expose au désir des Clients, à la sur sollicitation et à la Tentation. Mais le pire danger réside dans les éloges, leur attente, le gonflement de l’égo. Comme dans la fable de la grenouille et du bœuf, de jeunes batracien.ne.s surexposées finissent par exploser sous les compliments publiques (et parfois imploser de leur manque).
  5. Être une star donne l’illusion d’avoir du pouvoir sur le cours des choses, sur la vie de l’Entreprise. Mais la Dame aux Clefs ne manquera pas de montrer qui le possède réellement. L’épée tombera par surprise, sous un prétexte anodin et dans une jouissance dominatrice qui n’aura pas à justifier.
  6. Tel un caïd des Loges, la star a un gang, des complices parmi les anciennes. Elles protègent leur territoire. Ne se privent pas de le faire remarquer. Mais quand de petites nouvelles dont la venue ne doit rien au hasard surviennent, les couteaux sont vite aiguisés. Et un accident est si vite arrivé !
  7. Le Pouvoir est aussi un Art du Jardinage. Dans certaines pépinières les jardiniers pensent que l’étêtage des cimes (surtout quand un groupe de cimes obscurcit par son ombre le sous-bois) est absolument nécessaire pour laisser passer la lumière et faire grandir les jeunes pousses…

Et quelques mots en guise d’au revoir à ma meilleure ennemie : Tu vas vraiment me manquer, non plus par ta présence que j’évitais plus que par jeu, mais par ton absence devenue soudainement trop présente… J’ai peur de m’ennuyer 😉

Bonne chance donc T… SB… » et à tous les masques que tu as su mettre pour te protéger. Bravo pour ton passage au Chochotte, ton engagement – je n’ai jamais entendu une danseuse défendre à ce point son employeur, mettre autant de soi pour la « cause » -, bravo pour ton professionnalisme rare, ton travail et surtout ton talent !

Peut-être nous recroiserons nous au détour d’une boucle du labyrinthe, je le souhaite. Mais cette fois-ci faisons un petit effort s’il te plait…

« Je rêve d’ouvrir la porte de ta prison chérie et de te voir retrouver le jour et sa Lumière.
Et lux in tenebris lucet. »

Catégories
Mes Conseils

Message aux amoureux d’une danseuse de théâtre érotique…

Certains de mes « amis » (L’une des bonnes surprises dans ces théâtres, c’est qu’on y rencontre des personnes formidables ) me font part de leur état amoureux, de leur coup de foudre pour une danseuse, bien entendue merveilleuse, douée de toutes les qualités et…tellement en phase avec leurs pensées les plus intimes, véritable synchronicité, que de coïncidences extraordinaires, c’est incroyable !!! .

A la vérité, il n’y a pas de meilleur écran de projection que ces très jolies surfaces – avec ou sans profondeur. L’attachement amoureux peut être éphémère, par intermittence et se renforçant, parfois long dans la durée. La désillusion sera difficile, le détachement douloureux, peut-être violent. Certains toxicos ne sont pas dupes d’eux même, et savent que l’état causé par le cocktail évolutionniste des dopamines, sérotonines, ocytocines et autres hormones favorisant désir et attachement est la véritable fin en soi, car ses produits dérivés sont bien plus intéressants que leurs moyens d’accès : euphorie, énergie, créativité, jouvence…

Mais bercés par l’illusion chimique, l’on peut trébucher, « tomber » amoureux en s’imaginant des futurs rêvés avec la dulcinée. Et je suis parfois tenté de dire une gentille et camarade moquerie aux plus fragiles d’entre nous : « Tu t’es vu quand t’as bu ? » car j’ai une grande tendresse pour tous les illuminés qui tordent la réalité selon leurs désirs, fantasmes, qu’ils expriment en pensées, mots, folies Don Quichotesques, dépenses matérielles et émotionnelles. Mieux vaut vivre fou que terne (et le sexe en berne ca rime… ).

Lorsque des yeux brillants m’annoncent sur le ton de la confidence que LEUR danseuse n’est pas insensible à la relation, qu’elle serait même « tentée » par une liaison au dehors car éprouvant de véritables « sentiments », il me semble nécessaire de leur procurer une sorte d’éthylotest tel que celui que je livre ci-dessous (comptez vos points) :

  1. La danseuse vous dit que « vous lui plaisez », « qu’elle vous aime bien », « que vous êtes beau, intéressant » etc. (0 points)
  2. La danseuse dit à ses collègues qu’elle ne vous aime pas du tout, « ne vous calcule pas » et parle un peu trop de vous à ses collègues. (+0,5 points)
  3. La danseuse vous fait la bise, vous appelle par votre prénom, vous sourit quand elle vous voit, guette votre départ et vous demande avec empressement quand vous allez revenir (0 points)
  4. La danseuse vous chouchoute en salle, vous fait participer sur scène, vous câline, vous consacre plus de temps que les autres. (+0.5 points)
  5. La danseuse après s’être intéressé à vous semble maintenant vous faire la gueule ou vous ignorer. (0 points)
  6. La danseuse vous propose plein de choses très intéressantes en salon – moyennant « relance « (0 points)
  7. Vous avez fait des cadeaux à la danseuse :
    1. Mais elle ne les porte pas, où n’y fait jamais référence (- 0.5 points)
    2. Elle les porte quand vous êtes là, y fait référence (+ 0.5 points)
  8. En salon, la danseuse (jetant un œil inquiet sur la caméra) vous permet discrètement des « choses » sans relance (+0.5 points)
  9. La danseuse vous dit qu’elle serait OK pour vous voir « un jour » à l’extérieur (0 points)
  10. La danseuse est folle de rage que vous preniez maintenant une autre en salon (0 points)
  11. La danseuse a déjà pleuré quand vous quittiez la salle, elle vous a fait des cadeaux, vous harcèle de messages téléphoniques, SMS, répond immédiatement si vous l’appelez, elle a parlé de vous a tout le monde et aussi aux autres danseuses qui vous sourient bizarrement et sont prudentes en salle, et en plus votre danseuse veut maintenant vous présenter à sa mère !!! (+100 points).
  12. La danseuse vous regarde bizarrement, vous parle d’enfant et vous envoie des photos de nouveau-né => Barrez vous en courant.

Résultats : Si vous avez moins de 10 points, revenez vite sur terre tout en apprenant à savourer les plaisirs de l’asymétrie sentimentale. Avec un gros lot de consolation : « il est meilleur d’aimer que d’être aimé ».

Et je conclus sur cette très belle phrase que Pour-Rire a cité à propos du livre « Paris est une fête » d’Hemingway : Celui-ci apercevant un jour une trés belle jeune femme dans un café de Montparnasse dira : « Elle ne le sait pas, mais elle m’appartient pour toujours ».

Catégories
Mes Conseils théâtre Chochotte

Etre un bon Chochotteur – Best Practices

Les règles ci-dessous sont le fruit de quelques années d’expérience ce « Chochotteur » régulier et me semblent nécessaires pour profiter à plein et sainement des plaisirs que peut nous réserver ce petit théâtre magique.

1. Y aller pour s’amuser essentiellement, ne jamais tirer de plan sur la comète.
Allez y pour le spectacle essentiellement. Le spectacle, le spectacle, le spectacle ! L’appellation du lieu nous le rappelle, c’est un théâtre où l’on assiste à des spectacles et où les danseuses jouent la comédie, et leur mission, joliment traduite par « nous faire rêver », consiste essentiellement à nous séduire. Une bonne partie des revenus du théâtre et des danseuses sont basés sur les salons. L’intérêt des danseuses dont une bonne partie du salaire est variable, fonction des salons, est de « fidéliser » une clientèle « d’amoureux » qui lui garantira une fréquentation régulière. Certaines danseuses excellent en la matière, il s’en faut de peu pour ne pas tomber complètement sous le charme, et il importe de toujours garder à l’esprit que le lieu vit autant des spectacles que du commerce desdits charmes.

2. Voir une danseuse à l’extérieur peut-être le début des emmerdes.
Je parle en souriant « d’accident du travail » pour la danseuse et de « début des emmerdes pour le client ». Les danseuses sont charmantes dans le cadre du théâtre, charmes augmentés par leur nudité, leur attrait sexuel qui tourne la tête et augmente la pression artérielle, la qualité de leur spectacle, des décors, lumières, musiques. A un ami qui me disait que son fantasme serait d’entretenir une relation amoureuse avec une danseuse à l’extérieur, je lui demandais s’il aimait faire de la plongée. Je continuais… « en plongée, le corail est magnifique, l’eau turquoise, la lumière rayonne tamisée, les coquillages sont ouverts … et puis tu décides avant de remonter à la surface d’emporter l’un des coquillages ou un morceau de corail… Dis moi ce que tu vois six mois après sur ton étagère ! » . Lol. J’exagère bien sûr, mais une danseuse « sortie » de l’univers un peu magique du Chochotte n’a pas plus d’intérêt que n’importe quelle autre femme jeune, étudiante ou un peu artiste rencontrée par des moyens plus simples. Ou alors les copines de votre fille un peu narcissiques et égocentrées, la génération Y quoi, sympa sur Facebook… je blague… mais il n’y aura pas forcément les même attentes… A titre personnel je préfère « payer » pour un peu de rêve en salle ou en salon et être bien peinard par ailleurs. De plus les danseuses risquent de se faire immédiatement virer si leur relation avec un client est connue , et si les autres danseuses apprennent que vous avez une relation spéciale avec leur collègue vous aurez droit au statut « pas touche » car le « secteur commercial » que vous représentez ne souffrira pas la concurrence des bonnes copines.
Bref tout faux de A à Z pour pas grand-chose.
Si jamais vous fautez malgré les conseils ci-dessus (et je ne vais pas jeter la première pierre, ni même la deuxième…) : Évitez d’aller au théâtre si vous entretenez une liaison avec une danseuse qui continue d’y travailler (et que vous êtes son ancien client), sinon ça va stresser tout le monde. Dans ce cas de figure, l’un des deux, client ou danseuse doit quitter le théâtre.

3. Toujours entretenir deux ou trois chouchoutes chez les chochotteuses.
En libéral convaincu je suis contre tous les monopoles, l’exclusivité et pour la concurrence. Varier les salons, ne jamais laisser penser que les choses sont acquises est l’une des clefs d’un « amusement dans la durée ». Les danseuses font du théâtre, nous aussi alors ! Cela n’empêche pas d’être respectueux avec tout le monde, les danseuses sont d’ailleurs en grande majorité très sympa quand on a laissé tomber l’aspect séduction.

4. Si vous commencez à tomber amoureux d’une seule danseuse c’est très mauvais signe…
Si c’est la cas (deux ça va ) Une petite cure s’impose d’urgence. Passez au théâtre quand l’objet unique de vos rêves n’y est pas. Laissez vous séduire par les autres, c’est leur boulot et c’est assez agréable de se laisser aller il faut en convenir.

5. Evitez l’overdose de théâtre.
Les plaisirs que propose le théâtre peuvent tourner à l’addiction. Faites preuve d’imagination, il y a plein d’autres choses intéressantes à faire à Paris et parfois un petit break de quelques mois fait du bien : la majorité des danseuses sont parties, une ambiance différente s’est installée, vous avez eu le temps de vous refaire une virginité !