Catégories
théâtre Chochotte

De la disparition des Godes au Chochotte

Nombreux sont ceux, dont votre fidèle narrateur, qui s’inquiètent devant l’effondrement de la biodiversité. Il faudrait être aveugle pour ne pas être étonné devant la propreté virginale des pare brises de nos bolides, vierges de toute bouillie d’insecte, même sur les routes de campagne parcourues à grande vitesse.

A chacun ses préoccupations, on peut même en avoir plusieurs. Nombreux sont ceux par exemple qui déplorent la disparition du gode dans nos théâtres érotiques. Simple effet de mode, pression sociale entre danseuses, ou alors monétisation de ce type de spectacle dans l’exclusivité des salons privés ? . Les habitués s’interrogent autant qu’ils désespèrent…

Il y eut assurément un pic entre 2009 et 2012 : on se souvient avec nostalgie du gode translucide que Miel fixait à l’aide d’une ventouse sur la glace du fond de la salle près de l’âne accroupi. La belle tournant le dos à la glace et nous faisant presque face, penchée en avant, y plantait ses jolies fesses blanches réverbérées par le miroir. Oh quel beau miroir ! Et parfois un spectateur tout ému, assis sur la banquette avant droite, lui tenait délicatement la main tandis que Miel en sueur terminait avec une belle ardeur son ouvrage.

Ou encore Eva et son gros gode violet. Un cadeau de la coquine Lias – elle-même experte es-objets oblongs pouvant quand accroupie lui servir de trépied. Eva qui simulait des fellations sur les spectateurs puis en choisissait quelques-uns pour se planter dessus, les chevaucher jusqu’à l’orgasme. Et je peux garantir connaissant bien la belle que le plaisir n’était pas simulé tant l’expression dudit plaisir était visible et fournie…

Et encore Marla l’érudite littéraire (qui s’inquiétait toujours de savoir si je comprenais ses références…) avec ses cinq fruits et légumes (reproduction en plastique) à ne surtout pas consommer avec modération… Je ne me souviens plus exactement quels étaient les légumes en question mais elle commençait par le moins volumineux peut être une carotte, passait par une banane et terminait telle une nymphomane avec un épais épis de maïs bien trop jaune pour ne pas être OGM. (Planté dans son Sanctuaire référence à Faulkner bien sûr ! ). OMG ! Quelle capacité d’absorption vitaminée !!!

Alors quand Jane est arrivée un jour avec une banane coincée entre les cuisses et qu’elle m’a demandé espiègle « tu veux que je me la mette ? » ; j’ai répondu spontanément « oui » et j’ai cru qu’elle allait joindre la geste à la parole , mais non « paroles, paroles « pour reprendre Dalida…

Du coup, une enquête est lancée : merci au premier forumeur assistant à une scène de gode digne de ce nom au CH ou au SG de me la relater par le détail afin qu’elle soit inscrite au Livre d’Or de Mad_Dog ! On peut aimer le Cul et la Culture ce n’est pas incompatible …