Catégories
Danseuse Chochotte théâtre Chochotte

Le lutin ne sortira plus de sa boite – par Levanto

Qu’est-il devenu ? A-t-il vraiment existé ? Il regardait sa professeure avec des yeux qui ne sont plus ceux d’un enfant. Seule, trop seule, elle pensait à lui, elle le cherchait dans ses songes désespérément vides… Pour tenter de le retrouver, elle était devenue… la femme miracle…

Le lutin ne sortira plus de sa boite…
La nouvelle nous abat comme un coup de tonnerre : l’armée d’amoureux ne sait soudain plus quoi dire, balbutie quelques mots… L’espoir puissant sombre d’un coup dans l’enfer… Tous ces longs moments d’attente, interminable, désespérée, insupportable… En vain ! La respiration comme arrêtée… Toute cette attention, toutes ces pensées fixées de jour comme de nuit sur ces retrouvailles au théâtre… Et désormais le vide devant nous…
« Oh merde ! » dit-il…

La femme miracle était une femme brillante, intéressante, libre et courageuse… Quand la nuit tombait, elle laissait ses films, elle laissait ses livres et venait se dévêtir au son de la voix de Gréco… C’était une amoureuse vibrante, une amoureuse fébrile, une amoureuse volage ! Elle n’avait que faire des « qu’en dira-t-on ». Elle se mettait à nu. Le théâtre était son monde, sa fascination, son don et sa consécration…

Le lutin ne sortira plus de sa boite…
Ou êtes-vous femme miracle ? Que faites-vous ? Votre armée d’amoureux meurt d’un amour pour vous infini, passionné, à la folie, aimerai pouvoir vous couvrir à nouveau de fleurs, encore et toujours, aimerait pouvoir vous couvrir de bonheur, vous donner toute la force qui vous conduira à déplacer les montagnes, vous donner tout ce qui peut m’être possible de vous donner…

La femme miracle était une femme de pouvoir, le pouvoir de nous prendre dans ses filets à nous rendre fous. Mais trop de pouvoir, c’est ennuyeux. Alors quand il faisait sombre, en bas des marches de la cave voûtée, elle nous offrait l’illusion de croire que c’était nous qui l’avions en notre pouvoir de séduction… Le lutin nous donnait l’illusion de son amour…

Le lutin ne sortira plus de sa boite…
Oh ! Replonger les yeux de la femme miracle à en perdre la raison, entendre à nouveau sa jolie voix… Se laisser délicieusement tomber dans ce sentiment insensé : mais elle m’aime ! Mais devant nous que ce vide insupportable… Douleur aigüe, manque d’air, désespoir…

Mais la roue tourne… irrémédiablement, son talent, son succès viendraient un jour éveiller chez les autres le monstre de la jalousie… Tôt ou tard, alors ce serait la fin… C’était écrit, elle laisserait derrière elle une armée d’amoureux, orphelins perdus et affamés…

Le lutin ne sortira plus de sa boite…
Qu’importe tout le reste désormais. C’est à vous que nous pensons princesse, intensément, inévitablement, irrémédiablement… Ou êtes-vous femme miracle ? Que faites-vous ? Redonnez-nous espoir… Puissiez-vous porter votre regard ici-bas et entendre notre cri d’amour et de désespoir…
« Je vais m’ennuyer ! » dit-il…

Mais la femme-miracle n’est plus seule. Peut-être était-il temps ? Elle est désormais forte, elle est désormais prête… Il était temps pour elle de partir vers d’autres aventures…

Qu’est-elle devenue ? A-t-elle vraiment existée ?
Ou n’était-ce qu’un songe ?
Silencio…